Monde

Chine: pour éviter les sanctions, les blogueurs influents tentent d'être moins visibles

Temps de lecture : 2 min

Sina Weibo. IsaacMao via FlickrCC License by
Sina Weibo. IsaacMao via FlickrCC License by

La semaine dernière, les autorités chinoises précisaient ce qu’elles considéraient être une rumeur sur Internet. Du même coup, elles en profitaient pour clarifier les sanctions pouvant frapper ceux qui diffusent une fausse rumeur: trois ans de prison et de privation des droits civiques.

Dans le collimateur de la Cour suprême populaire: les «Big V», ces utilisateurs dont le compte de microblogging Sina Weibo a été «vérifié», l’équivalent des comptes certifiés sur Twitter. Leurs fans se comptent en millions, ce qui leur permet de «transformer un obscur problème (…) en un sujet donnant lieu à des débats passionnés à l’échelle nationale, propre à devenir un casse-tête pour le gouvernement», explique le New York Times.

Pour éviter le sort qu’a connu Xue Manzi, l’un des leurs, arrêté en août dernier, ces mastodontes du réseau social tentent de trouver des solutions pour éviter les sanctions. Certains pratiquent l’autocensure et suppriment d'eux-mêmes d’anciens messages pouvant être jugés tendancieux. C’est le cas de Xu Xin, blogueur influent, qui a fait disparaître 2.479 de ses messages, rapporte le South China Morning Post.

D’autres tentent de faire annuler la certification de leur compte Sina Weibo. Sans le badge «V» accolé à leur nom, ces ex-Big V, espèrent être moins visibles et plus libres d’exprimer leurs opinions sans s’attirer les foudres des autorités chinoises, «même si ce n’est que temporaire», explique Offenbeatchina, un site Internet qui propose un aperçu du web chinois. Les messages fleurissent sur les comptes de Big V:

«Chers amis, j’ai déjà demandé à Sina de retirer mon statut de compte certifié. J’attends d’avoir leur approbation.»

Ou encore:

«Afin d’éviter des ennuis non souhaités, j’ai enlevé la certification de mon compte.»

Ce «V» apposé au nom de l’utilisateur était autrefois une «marque d’honneur et de popularité». Il est maintenant devenu «le badge du danger», estime Offbeatchina.

Sina Weibo a enregistré une baisse d’activité de moins 30% par rapport aux pics du milieu de l’année dernière, révèle le South China Morning Post. Un ralentissement dû aux nouvelles mesures drastiques appliquées par le gouvernement, mais aussi au désintérêt des blogueurs qui se tournent vers d’autres plateformes de discussion en ligne. Certains chercheurs prévoient que cette tendance à la baisse n’est pas prête de s’arrêter.

Newsletters

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Les grandes puissances se livrent une bataille sans merci pour le contrôle des autoroutes de l'information sous-marines.

Communiqués

Communiqués

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio