SyrieMonde

Kim Jong-un souhaite un bon anniversaire à son ami Bachar el-Assad

Anaïs Bordages, mis à jour le 12.09.2013 à 13 h 41

Bachar el-Assad en 2004. REUTERS/Reuters photographer.

Bachar el-Assad en 2004. REUTERS/Reuters photographer.

Le 11 septembre 2013, Bachar el-Assad a soufflé ses 48 bougies. A cette occasion, Kim Jong-un, l’actuel dirigeant de la Corée du Nord, a adressé un message chaleureux au dictateur syrien, nous apprend une dépêche de la Korean Central News Agency (KCNA):

«Je vous adresse mes félicitations et mes salutations les plus sincères pour votre 48e anniversaire. Le peuple de Corée accorde son soutien constant et sa solidarité au gouvernement et au peuple syriens dans leur lutte pour la défense de la souveraineté et la sécurité du pays.

J’espère sincèrement que vous resterez toujours en bonne santé, pour accomplir votre important travail avec succès. Je suis convaincu que notre coopération et notre amitié de longue date ne feront que se renforcer dans le futur.»

Cette lettre est la dernière en date d’une correspondance amicale soutenue entre les deux dictateurs. Le 5 septembre dernier, Bachar el-Assad a adressé à Kim Jong-un un message de félicitations à l’occasion du 65e anniversaire de la Corée du Nord. En avril, les deux leaders s’étaient échangé quelques messages chaleureux lors de la fête nationale de la République arabe syrienne.

Les deux hommes ont en fait de nombreux points communs, nous fait remarquer Policy Mic. A commencer par le fait que ni l’un ni l’autre n’avait prévu de devenir dictateur. Bachar el-Assad, au pouvoir depuis 2000, n’avait au départ qu’un faible intérêt pour la politique: il voulait être ophtalmo. Mais lorsque son frère aîné est mort dans un accident de voiture, Bachar est devenu le nouveau successeur.

Kim Jong-un, lui, a appris en 2001 qu’il était le nouvel héritier de Kim Jong-il, lorsque son frère aîné s’est fait prendre en train d’essayer de se rendre à Disneyland Tokyo avec un faux passeport. Le cadet étant considéré comme trop «efféminé», c’est donc Un qui s’est retrouvé en première position pour gouverner la Corée du Nord.

Mais les liens entre les deux dictateurs vont plus loin que cela, comme nous le rappelle l'édition suisse de 20 minutes. Début septembre, le porte-parole du gouvernement sud-coréen Kim Min-Seok avait fait part de ses inquiétudes concernant les relations entre les deux régimes:

«Nous pensons qu’il y a un trafic d’armes chimiques entre la Corée du nord et la Syrie.»

En 2008, la Corée du nord était déjà soupçonnée d’avoir aidé la Syrie à construire un réacteur nucléaire dans le plus grand secret. Le site de construction, en plein désert, avait été détruit par un raid de l’aviation israélienne. Par ailleurs, en 2012, l’agence de presse Yonhap annonçait que la Syrie avait vendu plusieurs drones américains à la Corée du nord.

Anaïs Bordages
Anaïs Bordages (105 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte