MondeEconomie

Etats-Unis: en trois ans, les 1% les plus riches ont capté 95% des hausses de revenus

Caroline Piquet, mis à jour le 11.09.2013 à 12 h 52

401(K) via Flickr CC License by.

401(K) via Flickr CC License by.

En 2012, l’écart des revenus entre les 1% des ménages américains les plus riches et le reste de la population est quasiment revenu à son plus haut niveau historique, celui des années folles puis de l'avant-crise de 2008. C’est ce qu’indique la dernière mise à jour de l’étude sur les plus hauts revenus américains des économistes français Emmanuel Saez et Thomas Piketty.

Ces 1% (soit des foyers gagnant plus de 394.000 dollars —un peu moins de 300.000 euros— en 2012) représentent entre 20% et 25% des revenus globaux. Dans les années 70, ce chiffre était inférieur à 10% et il était tombé sous la barre des 20% après 2008 du fait de la crise.

Les revenus des 1% les plus riches ont donc été plus «dynamiques» que ceux du reste de la population: en un an, ils ont augmenté de près de 20%, contre 1% pour le reste des ménages. Si l'on prend les quatre dernières années, les hausses sont de respectivement 31,4% et 0,4%.

Les Américains les plus aisés avaient été sévèrement touchés par la récession de 2007-2009, notamment à cause de la chute des cours des actions (les 1% les plus riches avaient vu leurs revenus baisser de 36%, contre 11% pour le reste des Américains). Mais depuis la reprise, datée de juin 2009, ce même 1% a capté en trois ans 95% de la hausse des revenus totaux des ménages outre-Atlantique, souligne Associated Press.

Matthew Yglesias de Slate.com fait l’analyse suivante:

«En somme, les 1% des plus Américains les plus riches ont quasiment récupéré leur niveau de revenus d’avant la crise de 2008, alors que les autres 99% commencent à peine à refaire surface.»

Cette hausse tout à fait notable des revenus des ménages les plus aisés s’explique notamment par l’accord de dernière minute conclu par le Congrès pour éviter l’expiration des réductions fiscales accordées aux plus riches par l’administration Bush, qui aurait incité les entreprises à anticiper des versements en hausse, ajoute le New York Times. En outre, le taux de chômage élevé maintien une pression à la baisse sur les salaires.

«Les données sur les revenus montraient que ces années de récession avaient eu des effets égalitaires sur le niveau de revenu global aux Etats-Unis, en ce sens que la part de revenu de ces 1% avait baissé plus vite que celle des 99% restants. Mais cette mise à jour montre que ces effets égalitaires sont à relativiser», conclut Matthew Yglesias.

En ce qui concerne la France, les revenus des 1% des Français les plus riches repartent à la hausse depuis 2010, expliquait l'Insee au printemps 2013. L’organisme a indiqué à Slate.fr qu’il disposera de nouveaux chiffres sur les revenus et le patrimoine des ménages début 2014. Selon la World Top Incomes Database, en 2009, les revenus des 1% de Français les plus riches représentaient un peu moins de 9% du revenu total.

Caroline Piquet
Caroline Piquet (60 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte