Lu, Vu & EntenduMonde

Maldives: des noix de coco ensorcelées pour truquer les élections

Maïlys Masimbert, mis à jour le 09.09.2013 à 13 h 05

Coconut / Alex Masters via FlickrCC License by

Coconut / Alex Masters via FlickrCC License by

Au lieu du trop conventionnel bourrage d’urnes, l'archipel connu pour ses plages paradisiaques utilise des noix de coco pour tenter de truquer les élections. 

C'est un article du Guardian qui raconte l'histoire. Mardi matin, la police maldivienne était appelée sur l’île de Guraidhoo, située dans l’atoll de Kaafu, pour récupérer une noix de coco possiblement ensorcelée pour truquer les élections. Placée à quelques mètres de l’école transformée en bureau de vote pour les élections présidentielles de samedi, elle a été repérée par les élèves qui ont donné l’alerte.

«Bien que la population des Maldives soit majoritairement musulmane sunnite, la croyance dans la magie est très répandue dans les zones rurales. Les noix de coco sont souvent utilisées dans des rituels et des sorts sont gravés dessus.»

La police a fait appel à un sorcier pratiquant la magie blanche pour analyser le fruit, explique le journal local Minivan News. Après avoir examiné le verset du Coran gravé en arabe sur la noix, celui-ci a estimé qu’elle était inoffensive. Personne n’a donc été arrêté.

Selon un habitant de Guraidhoo, la noix de coco était là «pour donner une leçon aux insulaires, afin qu’ils arrêtent de faire appel à la magie noire pour influencer les votes». Une pratique apparemment répandue sur l’île puisque les parents de l’école de Guraidhoo avaient refusé en juillet que le bâtiment serve de bureau de vote, invoquant plusieurs incidents lors de précédentes élections, selon eux causés par la magie. Pour rassurer la population, la commission électorale des Maldives s'est déclarée entièrement responsable si quelqu’un venait à «être ensorcelé ou frappé par la maladie».

En 2012, un des chefs religieux de l’île avait demandé aux autorités de rendre la sorcellerie illégale, déclarant que celle-ci était devenue «une épidémie» devant être «guérie».

Le premier tour des élections s’est déroulé samedi sans incidents majeurs et Mohamed Nasheed, premier président démocratiquement élu en 2008, et renversé en février 2012 dans ce qu’il nomme «un coup d’état», a pris la tête du scrutin. Le deuxième tour aura lieu le 28 septembre prochain. 

Maïlys Masimbert
Maïlys Masimbert (106 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte