SyrieMonde

Liban: des applications smartphone pour éviter les bombes

Caroline Piquet, mis à jour le 04.09.2013 à 18 h 41

Un blessé prend des photos des dégâts causés par un attentat contre deux mosquées à Tripoli, Liban-Nord, le 24 août 2013. Omar Ibrahim/REUTERS

Un blessé prend des photos des dégâts causés par un attentat contre deux mosquées à Tripoli, Liban-Nord, le 24 août 2013. Omar Ibrahim/REUTERS

Les nouveaux gadgets en vogue au Liban? Des applications smartphone directement développées pour rester en vie dans un pays où les incidents sécuritaires se multiplient, depuis que son voisin syrien est secoué par l’une des guerres les plus meurtrières de la région.

Fusillades, enlèvements, explosions ou voitures piégées sont en constante augmentation dans le pays. Déjà éprouvé par une guerre civile dévastatrice jusqu’en 1990, le Liban, fief du Hezbollah, allié de Bachar al-Assad, redoute le spectre d’éventuelles frappes occidentales.

«Dans d’autres endroits du monde, la seule chose qui pourrait entraver votre chemin, ce sont les embouteillages. Au Liban, il y a plein d’autres obstacles» explique au Financial Times Mohammad Taha, entrepreneur qui a lancé l’année dernière l’appli Ma2too3a. Cette sorte de GPS cartographie en temps réel les manifestations, barrages routiers ou autres affrontements sur le principe du crowdsourcing: chaque témoin d’un événement transmet l’information. Selon Taha, Ma2too3a a déjà été téléchargée plus de 80.000 fois.

L’armée libanaise a lancé le 30 août dernier sa propre application intitulée LAF Shield (bouclier des forces armées libanaises) dans le but de mettre en place un «canal de communication directe avec les citoyens». Les utilisateurs sont invités à transmettre au plus vite toute information ayant trait à la sécurité dans le pays: site dangereux, objet suspect, localisation d’une victime de kidnapping, d’une cache d’arme, etc. Mais aussi d’entrer en contact au plus vite avec le commandement militaire en cas de danger.

Un entrepreneur, Firas Wazneh, est en train de son côté de développer l’appli Way to Safety (la voie de la sécurité), sorte de Shazam spécialisé dans… les coups de feu. L’appli pourra identifier le type d’arme utilisé en fonction de son bruit. Alors que les fusillades et attentats se multiplient au Liban, les utilisateurs auront le moyen d’éviter, tant que faire se peut, les points les plus chauds.

Caroline Piquet
Caroline Piquet (60 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte