Science & santéMonde

Etats-Unis: pas de Sandy bis grâce au réchauffement climatique?

Maïlys Masimbert, mis à jour le 04.09.2013 à 10 h 55

A Strong Fall Cold Front and a Late Season Tropical Storm / Nasa Goddard Space Flight Center via FlickrCC License by

A Strong Fall Cold Front and a Late Season Tropical Storm / Nasa Goddard Space Flight Center via FlickrCC License by

Il y a bientôt un an, l’ouragan Sandy dévastait la ville de New York et une grande partie de l’état du New Jersey aux Etats-Unis. Mais c’était avant, et selon une étude américaine, ça ne devrait plus arriver, grâce au réchauffement climatique.

Le rapport de trois météorologues, publié dans les Proceedings de la National Academy of Science lundi, et présenté dans un article du National Geographic, a montré que grâce aux gaz à effet de serre, de nouveaux ouragans ne pourraient pas suivre le même chemin que Sandy.

La trajectoire empruntée par la tempête meurtrière est la cause «d’une interaction rare entre des vents atmosphériques connus sous le nom de "jet-stream" et un anticyclone au nord de l’ouragan» explique le journaliste. C’est à cause de cette combinaison très particulière que Sandy a suivi l’itinéraire «le plus perpendiculaire à la côte atlantique de toutes les tempêtes jamais observées».

Le journaliste continue:

«Le réchauffement climatique, causé par les gaz à effets de serre (…) pourraient rediriger les vents de l’atmosphère, ceux-là même qui guident les ouragans.»

Et donc diminuer les risques que les New Yorkais voient un jour arriver la petite sœur de Sandy. Le trajet de cette tempête était déjà extrêmement rare: de tels ouragans ne se forment qu’une fois tous les 700 ans précise le Guardian. L’évolution des conditions climatiques permettrait à terme de générer des vents capables de les repousser vers l’océan et non vers la terre.

Pour arriver à ces conclusions, les météorologues ont modélisé sur ordinateur le climat à l’horizon 2100, en prévoyant que les gaz à effet de serre auraient triplé d’ici là. Le but: identifier si les conditions climatiques futures seront plus propices à la création de supers tempêtes.

Mais les experts mettent en garde : parce que de nombreux facteurs, autres que les conditions climatiques, entrent en jeu dans la création d’une tempête, l’étude ne signifie pas que moins d’ouragans viendront frapper les Etats-Unis, écrit le Washington Post. Elizabeth Barnes, une des auteurs du rapport prévient«Les Américains ne doivent pas baisser leur garde.»

La méthode utilisée par les météorologues est contestée par certains de leurs confrères, et notamment par Jennifer Francis de la Rutgers University qui estime que, bien que les modélisations informatiques utilisées dans l’étude sont les meilleures pour le moment, leur pertinence est douteuse, rapporte le National Geographic. Elle ajoute:

«De mon point de vue, les analyses et résultats de cette étude et d’autres menées récemment ne justifient pas les déclarations importantes faites par leurs auteurs.»

Maïlys Masimbert
Maïlys Masimbert (106 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte