Lu, Vu & EntenduMonde

Pour dénoncer le manque de logements, un étudiant allemand dort dans une vitrine

Annabelle Georgen, mis à jour le 25.06.2015 à 15 h 27

Sur le site pour promouvoir les «chambres étudiantes» de Munster, www.studierzimmer-muenster.de

Sur le site pour promouvoir les «chambres étudiantes» de Munster, www.studierzimmer-muenster.de

Un lit, une couette, un oreiller. Un yucca et une guitare pour planter le décor dans l'étroite vitrine dans laquelle Fabian Sauer, un étudiant allemand de 26 ans, a élu domicile le temps d'un week-end, dans un grand magasin de Münster. En dormant sous l'œil des passants, l'étudiant entendait dénoncer la pénurie de logements à laquelle les étudiants de la ville sont confrontés.

L'initiative, rapportée par le quotidien Süddeutsche Zeitung, a porté ses fruits: quelques heures après son réveil, il a reçu une cinquantaine d'offres de locations. Mais Fabian Sauer a en réalité déjà un toit. Avec cette action, il espère aider les nombreux étudiants qui n'ont pas cette chance, en attirant les propriétaires de logements vacants.

Comme l'explique Christian van Bebber, président de la section de Münster du Comité général des étudiants, qui considère cette action comme un succès et en annonce d'autres, cité par le Frankfurter Allgemeine Zeitung:

«Une dame nous a raconté qu'elle voulait toujours louer mais qu'avec cette action elle a reçu l'impulsion nécessaire

Münster n'est pas un cas unique en Allemagne. Toutes les villes étudiantes sont touchées par cette crise du logement depuis 2011. Pourquoi 2011? Parce que c'est la dernière année du service militaire obligatoire. Cela a eu pour conséquence de doubler les effectifs d'étudiants dans les universités et les écoles techniques supérieures. Résultat: les appartements deviennent rares et chers dans les villes étudiantes et les loyers explosent.

Comme le rappelle le FAZ, les étudiants allemands sont également confrontés au manque de résidences universitaires. Les associations étudiantes estiment à 25.000 le nombre de places manquantes. À Fribourg, en octobre 2012, une trentaine d'étudiants de licence et de master de sciences de l'éducation avait due être hébergée en urgence sur des matelas disposés à même le sol de la cave d'une résidence universitaire, faute d'avoir trouvé des logements. Une nuit coûtait huit euros, douche comprise. Certaines mairies incitent leurs administrés à sous-louer des chambres, et certaines maisons de retraites ont même loué leurs chambres vides à des étudiants.

Ce sont surtout les grandes villes allemandes telles que Munich, Francfort, Hambourg, Cologne et Berlin qui sont touchées par cette pénurie de logements. Face à cette situation, le ministre allemand de la Construction, Peter Ramsauer, a annoncé en juin dernier vouloir agir vite et pour cela transformer des anciennes casernes et des immeubles de bureaux vides en logements étudiants, comme le rapportait Der Spiegel. Mais d'après le SZ, aucun programme fédéral n'est en vue actuellement, le gouvernement préférant rejeter la responsabilité sur les Länder.

A.G.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (343 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte