SyrieMonde

Bachar el-Assad annonce qu'il y aura «des répercussions négatives pour la France»

Slate.fr, mis à jour le 01.10.2013 à 11 h 57

Des manifestants pro-Assad, devant l'ambassade de Syrie à Sofia, le 17 avril 2011. REUTERS/Oleg Popov.

Des manifestants pro-Assad, devant l'ambassade de Syrie à Sofia, le 17 avril 2011. REUTERS/Oleg Popov.

Le Figaro publiera dans son édition du mardi 3 septembre une interview du président syrien Bachar el-Assad, accusé par les Etats-Unis et la France d’avoir utilisé des armes chimiques contre sa propre population le mois dernier. Le journal a mis en ligne en fin d’après-midi des extraits de l’entretien.

Interrogé par le journaliste Georges Malbrunot sur les accusations dont il fait l’objet, el-Assad met au défi Barack Obama et François Hollande de «donner des preuves», ce dont ils ont été pour le moment selon lui «incapables»:

«Supposons que notre armée souhaite utiliser des armes de destruction massive: est-il possible qu'elle le fasse dans une zone où elle se trouve elle-même et où des soldats ont été blessés par ces armes, comme l'ont constaté les inspecteurs des Nations unies en leur rendant visite à l'hôpital où ils sont soignés?»

A la question de savoir si la France est devenue un «ennemi» de la Syrie, el-Assad répond:

«Dans la mesure où la politique de l'État français est hostile au peuple syrien, cet État sera son ennemi. […] Il y aura des répercussions, négatives bien entendu, sur les intérêts de la France.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte