SyrieMonde

Frappes en Syrie: la Turquie joue solidaire avec la France et les Etats-Unis

Ariane Bonzon, mis à jour le 31.08.2013 à 17 h 06

La frontière turco-syrienne. REUTERS/Stringer.

La frontière turco-syrienne. REUTERS/Stringer.

Après la défection de la Grande-Bretagne, au moins les Etats-Unis et la France peuvent-ils compter sur le soutien de la Turquie, même en l’absence de consensus à l’Onu. Le gouvernement turc est l’un des critiques les plus féroces du Président Bachar el-Assad. Il soutient depuis la mi-2011 l’opposition et les rebelles et n’a pas attendu la mort par gazage de 1.429 civils, dont 426 enfants, pour réclamer une intervention militaire contre le régime syrien dont, à la différence des Etats-Unis, le gouvernement turc n’espère plus rien.

Avec ses 900 kilomètres de frontières communes, la Turquie est en première ligne. Elle a déjà payé un lourd tribut depuis le début du conflit syrien: la destruction d’un de ses avions de reconnaissance et près de 70 morts, dont 53 début 2013 lors de l’attentat à la voiture piégée à Reyhanli, qui aurait été mené par les services syriens.

A ce jour, la Turquie héberge quelque 200.000 réfugiés syriens dans neuf camps tandis que 300.000 autres réfugiés circulent librement sur son territoire. Et le gouvernement islamo-conservateur a assisté presqu’impuissant à la mise en place d’une entité autonome kurde au nord de la Syrie, laquelle constitue une nouvelles base arrière pour les rebelles kurdes du PKK contre Ankara.

Même si aucun des buts poursuivis par la Turquie (la mise en place d’une zone d’interdiction de vol, une aide militaire renforcée aux rebelles, la fin de Bachar el-Assad et la mise en place d’un gouvernement à forte dominante Frères musulmans) ne risque d’être satisfait par cette intervention, même si l’opinion publique turque est majoritairement opposé à ce que son pays intervienne militairement en Syrie, même si l’activisme de Recep Tayyip Erdogan et de son ministre des Affaires étrangères contre le régime de Bachar el-Assad l’a affaibli sur la scène nationale, le gouvernement turc joue solidaire avec l’Occident et les pays du Golfe. Selon certains officiels américains, les Turcs, avec les Israéliens et les Saoudiens, auraient dit à Barak Obama que s’il ne se décidait pas à réagir à l’usage d’armes chimiques et biologiques, le président américain perdrait toute crédibilité à l’égard de l’Iran.

Membre de l’Otan, la Turquie abrite la base aérienne Incirlik et devrait ouvrir ses autres bases militaires et aéroports aux forces américaines et françaises. La seconde armée de l’Alliance est en alerte depuis dèjà plusieurs mois.

Pourtant, des frappes américaines et françaises feront monter d’un cran la vulnérabilité de la Turquie. Jeudi, le gouvernement turc a évoqué l’existence de bunkers, le long de la frontière, qui pourraient servir d’abris, et a informé les habitants frontaliers qu’il avait fait des stocks de nourriture et de masques à gaz à leur intention. Car plus la Turquie apparaîtra partie prenante de l’intervention militaire, par exemple en aidant au réapprovisionnement des avions de combat américains et français en vol ou dans l’hypothèse d’une mobilisation de ses forces navales, plus elle court de risques  de subir des représailles de la part de la Syrie ou de ses alliés.

Dans ce cas-là, elle pourrait être protégée par plusieurs batteries de missiles Patriot qui ont été placées à cet effet sur la frontière avec la Syrie et sont opérés par du personnel allemand et hollandais sous supervision de l’Otan. Mais évidemment, explique le think thank turc Edam, ces missiles «ne peuvent garantir une protection complète en cas de tir de scuds syriens».

En dernier ressort, c’est son appartenance à l’Otan qui protège la Turquie d’une attaque syrienne. Selon l’accord de défense mutuelle, si celle-ci devait avoir lieu, Ankara peut demander l’aide des ses alliés occidentaux. Avec en effet le risque d’un embrasement régional.

Ariane Bonzon

Ariane Bonzon
Ariane Bonzon (221 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte