Tech & internet / Monde

Pour devenir astronaute de la Nasa, il faut écrire un haiku, un limerick ou un tweet

Temps de lecture : 2 min

L'astronaute Michael J. Bloomfield dans la station spatiale internationale, en 2002. Nasa.
L'astronaute Michael J. Bloomfield dans la station spatiale internationale, en 2002. Nasa.

Comme nous vous l’expliquions en 2011, l'âge d'or de la conquête spatiale a beau être passé, la NASA embauche toujours des astronautes, notamment pour les envoyer dans la Station Spatiale Internationale.

Evidemment, les conditions pour postuler sont quelques peu contraignantes: avoir 1.000 heures de vol au commande d’un jet (ou trois ans d’expérience professionnelle en rapport), mesurer entre 1,58m et 1,92m, être ingénieur ou diplômé de mathématiques…

Les meilleurs dossiers sont retenus pour passer des épreuves écrites, et les candidats ayant obtenus les meilleurs résultats à ces épreuves sont ensuite convoqués pour un entretien, des tests médicaux et… une étrange épreuve de créativité, révèle Discovery News.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Il a en effet été demandé aux candidats d’écrire un haïku, un tweet ou un limerick (poème humoristique anglophone). Huit personnes —quatre hommes et quatre femmes de 34 à 39 ans— ont été sélectionnées pour participer à deux ans de formation, au terme desquels elles pourront être appelées pour des vols spatiaux.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio