Lu, Vu & EntenduMonde

Une campagne pour arrêter de confondre Bucarest et Budapest

Florian Reynaud, mis à jour le 09.08.2013 à 18 h 52

Banlieue de Bucarest, juin 2013. REUTERS/Bogdan Cristel

Banlieue de Bucarest, juin 2013. REUTERS/Bogdan Cristel

«Quelle joie d'être avec vous ici ce soir à Clermont-Ferrand.» La bourde de Johnny Hallyday alors en plein concert à Saint-Etienne a fait rire le public et les médias. C'est pourtant le genre d'erreur qui n'amuse plus dans certaines villes. C'est le cas de Bucarest en Roumanie et de Budapest en Hongrie.

Allez, on répète. BUCAREST, c'est en Roumanie. BUDAPEST, c'est en Hongrie.

Vous vous demandez pourquoi tant d'insistance. Et bien parce que les deux villes sont fatiguées d'être confondues, et ça arrive souvent, rapporte The Atlantic. En effet, de nombreux grands artistes se sont trompés. Comme ici Lenny Kravitz en juillet 2008, qui pendant un concert à Bucarest vante les mérites... de la Hongrie.

Et ces erreurs ne datent pas d'hier selon The Atlantic.

«Suivant une tendance lancée en 1992 par Michael Jackson, de nombreux musiciens jouant dans la capitale roumaine l'ont confondue pour celle de la Hongrie et sont montés sur scène en criant “comment ça va Budapest?” si bien que les habitants sont passés de l'indulgence amusée à l'énervement.»

Comme elle en a marre, la marque roumaine de chocolat Rom Autentic a décidé de lancer en cet été 2013 une campagne intitulée «Bucharest Not Budapest». La campagne publicitaire s'appuie sur les artistes ou même les supporters de foot s'étant trompés de destination et ayant confondu les deux capitales.  

La campagne comprend plusieurs aspects. Le site officiel propose même d'aller envahir les pages Facebook et Twitter d'artistes coupables pour leur rappeler leur erreur, mais pour l'instant, on trouve peu de messages sur les pages correspondantes.  Le site propose également un tutoriel pour les voyageurs. 

En plus de t-shirts ou de tracts (ou bien évidemment de barres chocolatées), des bus sont mis aux couleurs de la campagne et les internautes peuvent télécharger un plugin Firefox ou Google Chrome qui ajoute «...pas Budapest» à la fin de chaque «Bucharest» rencontré pendant la navigation. 

L'an dernier déjà, la marque avait joué sur la fibre nationale du pays et provoqué en remplaçant son emballage habituel par un nouveau aux couleurs des Etats-Unis, afin de booster ses exportations. 

Florian Reynaud
Florian Reynaud (87 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte