Monde

Un stratège de Romney a vomi devant le discours de Clint Eastwood à la chaise vide

Temps de lecture : 2 min

Clint Eastwood lors de la convention républicaine de Tampa, le 30 août 2012. REUTERS/Eric Thayer.
Clint Eastwood lors de la convention républicaine de Tampa, le 30 août 2012. REUTERS/Eric Thayer.

Le livre racontant la dernière campagne présidentielle américaine, Collision 2012, vient de sortir aux Etats-Unis. Le journaliste Dan Balz y raconte les coulisses de ces mois, notamment du côté républicain.

Dave Weigel de Slate.com a répertorié les anecdotes sur les perdants, depuis Romney jusqu'à ses rivaux républicains pendant les primaires, dont une en particulier valait la peine de faire revivre quelques instants feu ce blog dédié à suivre les élections.

Dan Balz raconte ainsi la réaction de Stuart Stevens, un des stratèges les plus importants de la campagne de Mitt Romney, au discours prononcé par Clint Eastwood pour son candidat lors de la convention républicaine:

«Stuart Stevens, qui le regardait depuis une autre salle, en a littéralement été malade. Il est sorti de la salle et il est allé vomir.»

Rappelez-vous, le 30 août 2012, l'acteur et réalisateur américain conservateur jouait un de ses rôles les plus surréalistes en s'adressant pendant une dizaine de minutes à une chaise vide où aurait été assis un Barack Obama invisible:

Il avait notamment dit, en pointant du doigt la chaise vide:

«Monsieur le président, qu'est-ce que vous faites des promesses que vous avez faites quand vous étiez en campagne, qu'est-ce que vous en faites? Je veux dire, qu'est-ce que vous dites aux gens?»

Clint Eastwood était l'invité surprise du dernier jour de la convention républicaine, il donnait l'un des discours les plus importants, juste avant le grand speech de Mitt Romney.

Dave Weigel avait à l'époque comparé le discours à un toast raté:

«Vous avez été à des mariages, sûrement, où le témoin devient trop lourd, et moins drôle qu'il ne le pense, mais où tout le monde instinctivement l'encourage et tente de trouver l'humour? C'est ce qui s'est passé.»

L'équipe de Barack Obama avait rapidement réagi, postant un tweet sur le compte du président, le montrant en photo dans une chaise siglée «The President», avec comme légende: «This seat’s taken» («Ce siège est pris»).

L'Associated Press notait dans un article à l'époque que dans le hall de la convention, «la foule a acclamé Clint Eastwood lors de son entrée sur scène, et a crié sa réplique célèbre "vas-y, fais-moi plaisir". Mais dans les coulisses, les conseillers de Mitt Romney avaient la mine sombre et grimaçaient parfois au fur et à mesure que le discours d'Eastwood s'allongeait». Prévu pour durer cinq minutes, il s'était finalement étendu sur douze.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

C.D.

Newsletters

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Économie, social, international, sanitaire... Qu'a accompli le président américain 365 jours après son investiture?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Jeux olympiques d'hiver en Chine, Coupe du monde de football au Qatar, Rallye Dakar en Arabie saoudite… La carte des méga-événements de l'année révèle l'émergence d’une nouvelle économie géopolitique du sport.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio