C'est dans l'actuMonde

New York: la police abat un garçon de 14 ans

Anaïs Bordages, mis à jour le 05.08.2013 à 12 h 20

NYPD / Dave Hosford via Flickr CC License by

NYPD / Dave Hosford via Flickr CC License by

Un adolescent de 14 ans a été abattu par la police de New York, à trois heures du matin dans la nuit de samedi à dimanche. En patrouille dans un quartier du Bronx, deux policiers ont entendu des coups de feu et se sont dirigés vers la scène où le suspect, armé d’un pistolet, poursuivait un autre jeune en tirant. Selon CNN, après s’être identifiés et lui avoir ordonné de lâcher son arme, les policiers ont essuyé un refus. L’un d’eux a alors tiré sur le jeune homme, l’atteignant à la mâchoire et le tuant sur le coup.

Les policiers, âgés de 26 et 27 ans, ont rejoint les rangs de la NYPD en janvier 2013. Ils étaient présents sur les lieux dans le cadre de l’«opération impact», un programme qui envoie les officiers inexpérimentés dans des zones sensibles. Après la fusillade, les policiers ont été reçus à l’hôpital pour «traumatisme et acouphènes».

L’adolescent abattu, Shaaliver Douse, avait quant à lui un passé criminel considérable: en mai dernier, il avait été accusé de tentative de meurtre sur un jeune de 15 ans. Pourtant, depuis la fusillade, l’incident soulève de nombreux commentaires dans les médias. «Pourquoi enverrait-on un bleu dans une zone à risque?», s’interroge par exemple l’internaute Cathypem sur le site Daily Intelligencer. «Un policier plus expérimenté aurait peut-être réfléchi avant de tirer.»

Ce n’est pas la première fois que les méthodes de la police new-yorkaise font débat. En mars 2013, Kimani Gray, 16 ans, était abattu de sept coups de feu par deux policiers en civil. Selon un témoin, les officiers n’avaient pas annoncé qu’ils étaient de la NYPD avant de tirer. Après l’incident, des émeutes avaient éclaté à Brooklyn en signe de protestation. En août 2012, un homme armé d’un couteau de cuisine était tué par balle par deux policiers sur la place très touristique de Times Square, après avoir refusé de se rendre. Là aussi, le comportement des officiers avait été qualifié de disproportionné.

Enfin, à la même période, la NYPD avait fait la une de nombreux sites après avoir tiré sur le chien d’un sans-abri dont les habitants du quartier se plaignaient. Les témoins s'étaient alors dit choqués par l’insensibilité de la police qui, ayant tiré sur le chien sans le tuer, avait ensuite refusé de tirer une deuxième fois pour mettre fin à ses souffrances.

Anaïs Bordages
Anaïs Bordages (105 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte