EconomieMonde

Le bébé royal ne boostera pas l'économie britannique

Matthew Yglesias, mis à jour le 23.07.2013 à 12 h 26

L'annonce de la naissance royale, devant l'hôpital St Mary, à Londres, le 22 juillet 2013. REUTERS/Andrew Winning

L'annonce de la naissance royale, devant l'hôpital St Mary, à Londres, le 22 juillet 2013. REUTERS/Andrew Winning

Quartz est très excité par les supposés 380 millions de dollars de stimulus pour l'économie du Royaume-Uni qui viendraient des dépenses liées au nouveau bébé royal.

Notons que même si ce chiffre est correct, le Royaume-Uni a un PIB de 2.445 milliards de dollars par an, donc c'est l'équivalent d'une goutte dans un seau d'eau. Mais la situation est pire que cela, puisque 238 millions de dollars des dépenses sont censés venir de l'achat de «babioles commémoratives».

Or je devine qu'une très grande partie de ces babioles sera fabriquée en Asie, donc ces dépenses ajouteront sans doute aux importations britanniques plutôt qu'au PIB britannique.

En plus, un bébé est en gestation pendant neuf mois (ou trois trimestres pour reprendre les termes économiques), donc beaucoup de la production liée au bébé aura déjà été faite en anticipation des ventes finales. Donc la totalité de l'impact stimulant, s'il existe, aura été à la fois petit et étalé sur plusieurs mois.

Je pense qu'une question plus intéressante serait celle de la productivité perdue chez les gens qui vont suivre les informations sur le bébé royal cette semaine au lieu de travailler. Pas d'estimations pour l'instant, mais je pense que quelqu'un essaiera de quantifier cela rétroactivement.

M.Y.

Traduit par C.D.

Matthew Yglesias
Matthew Yglesias (51 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte