Monde

George Zimmerman acquitté du meurtre du jeune Trayvon Martin

Temps de lecture : 2 min

George Zimmerman, le vigile qui a abattu le jeune Trayvon Martin, 17 ans, à Sanford, en Floride en février 2012, a été déclaré non coupable. Les six femmes du jury ont délibéré pendant près de 16 heures et, tard samedi soir, ont acquitté Zimmerman. Les faits: le vigile bénévole croise le jeune Martin. Il le trouve louche. Appelle la police. Une dispute s’ensuit. Le reste de l’histoire n’est pas claire. Pour ses avocats, Zimmerman avait agi en légitime défense. Le jeune Noir, qui n'était pas armé, l'aurait jeté au sol et commencé à lui frapper la tête contre le sol.

Lire notre article: C'est la Floride qui est coupable

Après que le verdict a été rendu, la juge Debra S. Nelson a dit à Zimmerman qu’il était libre de partir: «vous n’avez plus rien à faire avec ce tribunal».

Les parents de Trayvon Martin n’étaient pas au tribunal quand le verdict a été lu, mais son père a réagi sur Twitter :

Si elle semble logique sur le plan du droit américain, la décision du tribunal de Floride a créé une grande émotion dans le pays, où les plaies raciales sont toujours très vives. Dans la soirée, des manifestations ont eu lieu, notamment à Washington DC, contre l’acquittement:

Fin mars 2012, un mois après la mort de Trayvon Martin, ils étaient plus de 1.000 personnes à manifester capuche sur la tête dans le centre de Washington. Une capuche, comme celle que portait Trayvon Martin, et qui est devenue un symbole pour de nombreux manifestants à travers le pays.

Un an et demi plus tard, comme le raconte avec émotion Cord Jefferson dans Gawker, le jury Zimmerman a dit aux jeunes noirs ce que nous savions déjà: c’est très difficile d’etre un jeune homme noir aux Etats-Unis:

«Non seulement vous êtes bien conscient que de nombreuses personnes ont peur de vous –vous les voyez s'accrocher à leurs sacs ou se raidir dans leurs sièges de métro quand vous vous asseyez en face d'elles– mais vous devez aussi être conscients du fait que les gens s'attendent à ce que vous vous excusiez pour leur peur. C'est votre boulot d'avoir des remords à propos du fait que votre nature les rend mal à l'aise, comme un pilote qui aurait à s'excuser d'être dans les airs auprès d'un voyageur qui a peur de l'avion.»

En parallèle de cette sentence, une mère noire de Floride a été condamnée à 20 ans de prison pour avoir tiré des coups de feu d'avertissement chez elle, afin de se défendre contre son mari. Marissa Alexander a expliqué que son mari la battait, elle avait déjà demandé une ordonnance restrictive contre lui.

Elle a invoqué la loi floridienne «Stand your ground» (Défendez-vous), tandis que la défense de George Zimmerman a simplement invoqué la légitime défense –les deux affaires ne sont pas identiques, bien sûr, mais le rapprochement des dates de verdict et le fait que Marissa Alexander est noire, comme l'était Trayvon Martin ont encouragé la comparaison.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Mise à jour du 14/07: comme nous le fait remarquer un commentateur, George Zimmerman n'a pas invoqué la loi «Stand your ground» mais la simple légitime défense.

Newsletters

Au Nord, c'était les corons

Au Nord, c'était les corons

En Géorgie, l'exil des Russes qui refusent de devenir des bourreaux

En Géorgie, l'exil des Russes qui refusent de devenir des bourreaux

La reine Elizabeth II, dernière icône de la monarchie britannique

La reine Elizabeth II, dernière icône de la monarchie britannique

Que ce soit au travers de billets ou d'œuvres d'art, il n'existe que très peu de visages aussi reconnaissables que le sien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio