Tech & internetMonde

Il n'y a pas que Prism: «Upstream», l'autre programme mystérieux d'espionnage de la NSA

Cécile Dehesdin, mis à jour le 11.07.2013 à 11 h 18

Extrait d'une diapositive Powerpoint de la NSA, via le Washington Post.

Extrait d'une diapositive Powerpoint de la NSA, via le Washington Post.

Après les révélations sur Prism, le programme de la NSA, l'agence de sécurité nationale américaine, permettant aux autorités du pays d'extraire des données à partir de Google, Facebook et consorts, le Washington Post publie un nouveau slide Powerpoint de la NSA qui évoque un autre programme secret.

Dans une diapositive Powerpoint aussi laide que les autres diffusées jusqu'ici, on voit en plus de Prism un autre programme, intitulé Upstream et décrit comme «collectant les communications sur les cables à fibre optique et les infrastructures au fur et à mesure que les données voyagent».

Cliquez ici pour voir toutes les diapositives du Powerpoint publiées par le Washington Post

Il est bien précisé en jaune que les agents sont censés utiliser les deux moyens de collecte de données. Le Washington Post tente de décrypter la diapositive: la carte montre les cables Internet sous-marins partant des Etats-Unis vers le reste du monde, essentiels à la fois pour le bon voyage des données à travers la planète et pour les services de renseignement américains. 

Les cercles en bleu suggèrent des endroits où la NSA collecte ces données, mais sont trop larges pour qu'on puisse en déduire exactement où cette opération se fait. Les noms de code qu'on voit entre parenthèses dans la case bleue font référence à des opérations. «Blarney» s'occupe des métadonnées par exemple, rappelle le Washington Post, qui ne sait pas ce que renferment Fairview, Stormbrew ou Oakstar.

Dans un autre article récent, le Washington Post révélait que les agences gouvernementales américaines ont signé des accords de sécurité avec plusieurs entreprises d'infrastructures télécom leur permettant d'avoir accès à des énormes quantités de données via des systèmes sécurisés mis en place par les entreprises.

Pour obtenir des licences pour ses câbles, l'entreprise Global Crossing –dont le réseau fibre-optique connecte 27 pays sur 4 continents– a par exemple dû mettre au point un «centre réseau des opérations» sur le territoire américain, qui peut être visité par des responsables gouvernementaux à tout moment (ils n'ont qu'à prévenir 30 minutes avant).

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte