Monde / C'est dans l'actu

Ahmed Assem, le photographe égyptien qui a filmé sa propre mort [VIDEO]

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo mise en ligne par The Telegraph
Capture d'écran de la vidéo mise en ligne par The Telegraph

La vidéo ressemble à une scène de film ou de jeu vidéo, mais il s’agit d’une scène bien réelle: la caméra filme de loin un tireur embusqué sur un toit qui tire à plusieurs reprises sur une foule que l’on devine au son des cris. Puis soudain, le tireur se tourne vers l’objectif et vise dans sa direction, et la vidéo s’arrête.

L’homme derrière la caméra s’appelait Ahmed Samir Assem, photographe de 26 ans qui travaillait pour le journal égyptien Al-Horia Wa Al-Adala (le journal officiel de l’aile politique des Frères musulmans), rapporte le site du journal britannique The Daily Telegraph, qui a publié la vidéo. Il fait partie des 51 personnes tuées lundi 8 juillet par l’armée au Caire au cours d’une manifestation de partisans des Frères musulmans et du président islamiste déchu Mohamed Morsi devant l'enceinte du quartier général de la garde républicaine, où celui-ci serait détenu.

Les circonstances du massacre restent floues. L'armée affirme avoir été surprise à l'aube «par une foule qui jetait des pierres» et des cocktails Molotov, tandis que les Frères musulmans accusent l’armée d’avoir tiré sur des manifestants assis qui priaient, rapporte Le Monde.

Assem se trouvait sur les lieux lundi matin peu avant l’aube, au moment où les manifestants pro-Frères musulmans effectuaient leur prière. Selon ses amis et ses proches, les dernières secondes de la vidéo correspondent à la mort du photographe, même si le Telegraph n’a pas pu confirmer de manière indépendante la provenance des images. Après visionnage, une autre possibilité est qu’il ait éteint son appareil au moment où il a vu le tireur se tourner vers lui, et pourrait plutôt être mort dans les secondes qui ont suivi.

Interrogé par le Telegraph sur les évènements, le chef du service culturel du journal où travaillait Assem, Ahmed Abu Zeid, raconte:

«Autour de 6h du matin, un homme est venu dans le centre média avec une caméra couverte de sang et nous a dit qu’un de nos collègues avait été blessé. Une heure plus tard, j’ai appris qu’Ahmed avait été tué par un sniper d’une balle dans le front alors qu’il filmait ou prenait des photos sur le toit des bâtiments autour de l’incident. Il avait commencé à filmer depuis le début des prières, il a donc tout pris depuis le début, et on peut voir des dizaines de victimes sur ses images.»

Le Daily Telegraph précise que, comme tous les évènements de lundi, les circonstances exactes de la mort restent à déterminer, mais que plusieurs témoins ont parlé de snipers positionnés en hauteur. Les Frères musulmans utilisent déjà les images filmées par Assem pour prouver que c'est bien l'armée qui a tiré sur la foule en premier.

Une semaine après la destitution de Mohamed Morsi par l’armée, le nouveau Premier ministre Hazem el-Beblawi travaille actuellement à la formation de son gouvernement, et devrait proposer des postes aux Frères musulmans. Ces derniers refusent pour le moment toute coopération avec ce qu’ils considèrent comme un coup d’Etat.

Grégoire Fleurot Journaliste

Newsletters

En Catalogne, la condamnation des indépendantistes ravive la tension

En Catalogne, la condamnation des indépendantistes ravive la tension

La sentence qui est tombée sur ces personnalités à la suite de la tentative de sécession de 2017 promet d'hystériser les débats de la campagne pour les élections générales du 10 novembre.

À Londres, les mamans d'Extinction Rebellion en première ligne

À Londres, les mamans d'Extinction Rebellion en première ligne

Depuis le 7 octobre, le mouvement a lancé deux semaines de «rébellion internationale» pour pousser le gouvernement britannique à agir face à la crise écologique.

Yasuke, le mystérieux samouraï africain

Yasuke, le mystérieux samouraï africain

En 1579, des Japonais se ruent pour voir cet Africain débarquer à Kyoto. Ils n'imaginent pas qu'il deviendra le premier samouraï noir.

Newsletters