C'est dans l'actuMonde

Explosion d'un train au Québec: les photos des destructions

Slate.fr, mis à jour le 28.11.2013 à 13 h 31

L'incendie à Lac-Mégantic au Québec le 6 juillet 2013, REUTERS/Mathieu Belanger

L'incendie à Lac-Mégantic au Québec le 6 juillet 2013, REUTERS/Mathieu Belanger

Un train qui transportait des citernes de pétrole a déraillé samedi 6 juillet au matin dans la petite bourgade québécoise de Lac-Mégantic, déclenchant une énorme explosion et un incendie qui a détruit des dizaines de bâtiments et fait au moins un mort. Plusieurs dizaines de personnes sont portées disparues.

René Jobin, photographe pour le Service de protection contre l’incendie de la ville de Québec (SPIQ) depuis 9 ans, a vécu la journée de samedi au cœur de la ville dévastée et du combat des pompiers contre le feu, et la raconte dans un article accompagné de photos impressionnantes. «J'ai couvert plusieurs interventions incendie, écrit-il. Cependant, ce matin à mon réveil, jamais je n'aurais cru vivre une journée si bouleversante.»

Il décrit son arrivée sur les lieux:

«J'ai l'impression d'être téléporté dans un village d'Europe, pendant la seconde guerre mondiale. Des maisons ne sont plus qu'un amas de briques, seules quelques cheminées ont résisté et tiennent en place. Les arbres, calcinés, ne sont que des flèches noires qui pointent vers le ciel. Des carcasses de voitures complètement brûlées. La vie semble s'être arrêtée, c'est un sentiment indescriptible. Lors de mon déplacement dans la ville, j'ai l'occasion de discuter avec des petits groupes de pompiers au repos. Tout comme moi, ils sont sans mots. Ils ne comprennent tout simplement pas, ils sont dépassés par les événements. De l'autre côté de la rue, un pompier s'exclame devant une maison en ruines; "Aye, je connais le gars qui habite ici".»

Les photos de René Joblin sont encore plus parlantes que ses mots (voir son diaporama). Cette compilation de vidéos de la ville en flammes et de la dévastation rassemblée par Radio Canada donne également une idée de l’ampleur de la catastrophe:

Alors que la recherche des disparus bat son plein, les circonstances de l’accident commencent à s’éclaircir. Radio Canada décrit ainsi les minutes qui ont précédé la catastrophe:

«Vers 23 h 25, le train de la compagnie américaine Montreal, Maine and Atlantic Railway s'est immobilisé à Nantes, à 11 km au nord-ouest de Lac-Mégantic, pour un changement de quart, a expliqué l'entreprise par voie de communiqué. Le conducteur est descendu pour aller dormir à l'hôtel. Puis, sans pilote à bord, le train s'est mis à avancer, entraîné par la gravité. "Pour une raison que nous ignorons, les freins ont été désactivés", a ajouté Christophe Journet, porte-parole de Montreal, Maine and Atlantic Railway.

Le train fantôme a gagné en vitesse, puis est entré dans le centre-ville de Lac-Mégantic vers 1 h 15. Près de la rue Cartier, plusieurs wagons ont explosé, créant un immense incendie.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte