Monde

Bolivie: des manifestants brûlent le drapeau français à la suite de l'affaire de l'avion présidentiel

Temps de lecture : 2 min

Un partisan de Morales brûle le drapeau français devant l'ambassade de France à La Paz, le 3 juillet 2013. David Mercado/REUTERS
Un partisan de Morales brûle le drapeau français devant l'ambassade de France à La Paz, le 3 juillet 2013. David Mercado/REUTERS

Des manifestants boliviens ont attaqué ce mercredi l’ambassade de France à la Paz, selon l'AFP. En cause, le refus de l’Hexagone de laisser l’avion présidentiel d’Evo Morales, soupçonné de transporter Edward Snowden, survoler son territoire. Les protestataires ont jeté des pierres sur l’ambassade et brûlé des drapeaux français, une activitéà laquelle Grégoire Fleurot avait déjà consacré un article sur Slate en octobre 2012:

«En 2008, des manifestants chinois qui protestaient contre les manifestations pro-tibétaines organisées à Paris à l'occasion du passage de la flamme olympique ont brûlé le drapeau français devant un magasin Carrefour de Quingdao. En 2011, des manifestants pro-Gbagbo ont mis feu au drapeau tricolore après l’élection d’Alassane Ouattara, soutenu par la France.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Geste symbolique fort, brûler un drapeau étranger reste relativement anodin d’un point de vue juridique. En effet, si l’outrage au drapeau national est condamné dans de nombreux pays, l’outrage à un drapeau étranger l’est beaucoup plus rarement. On notera le cas exceptionnel du droit allemand, qui punit l’outrage à un drapeau étranger d’une amende et d’une peine privative de liberté pouvant aller jusqu’à deux années.

Newsletters

Pandémie forestière: l'espoir renaît dans les forêts tchèques

Pandémie forestière: l'espoir renaît dans les forêts tchèques

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

La population rom est victime de la guerre en Ukraine comme aucune autre. Pour elle, l'ennemi est partout et le refuge nulle part.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio