Monde / C'est dans l'actu

11 février 1990: quand la presse célébrait la libération de Nelson Mandela

Temps de lecture : 2 min

La une de l'hebdomadaire sud-africain City Press
La une de l'hebdomadaire sud-africain City Press

En 1964, Nelson Mandela était condamné à la prison à vie, mais le leader de l'ANC était déjà incarcéré depuis 1962, date de son arrestation par la police sud-africaine à son retour d'une tournée à l'étranger pour récolter des fonds.

Il passera dix-huit ans dans la prison de Robben Island, puis sera transféré en 1982 à la prison de Pollsmoor près du Cap, jusqu'en 1988. En décembre de cette année, il est transféré dans une résidence surveillée sur le site de la prison Victor Verster.

Le 11 février 1990, il est enfin libéré après 27 années de captivité, établissant le triste record absolu de la durée d'emprisonnement pour un prisonnier politique, et la couverture journalistique de l'époque est à la mesure de l'événement.

» Tous nos articles sur la mort de Nelson Mandela

Entre 200.000 et 500.000 personnes attendent Mandela pour le discours qu'il prononce depuis la mairie du Cap. Le journal de la BBC rend compte de l'événement et l'archive vidéo montre en marge d'une foule enthousiaste les affrontements entre des Sud-Africains et la police, qui n'hésite pas à tirer au fusil.

Sur cette vidéo du journal canadien de la chaîne CBC, on aperçoit encore mieux la réaction de la police.

En 1990, ABC News est déjà rompue à l'info en direct et en continu: le moindre détail est dûment commenté par le journaliste, qui alterne descriptions et envolées lyriques: «Le voilà qui marche, un pas après l'autre, un peu plus près de la liberté.» A 1'40, on aperçoit l'immense foule qui se dirige vers la ville pour entendre le discours de Mandela.

L'envoyé spécial de Libération, Didier François (porté disparu en Syrie, on est sans nouvelles du reporter depuis le 7 juin 2013), écrit:

«A la vue de la silhouette de Nelson Mandela, les jeunes filles partent en cris stridents dignes d’un concert des Beatles. Les familles qui étaient venues avec les enfants comme on va à un pique-nique se transforment en fanatiques. Et les “jeunes lions” en uniforme, dont le rêve est visiblement de rejoindre la branche armée de l’ANC, oublient sur le coup toute discipline. C’est la ruée.»

«Dehors, c’est le délire. Il est là en chair et en os pour leur délivrer enfin directement le message qu’ils tentent tous de déchiffrer depuis tant d’années.»

» A lire aussi sur Slate: Le jour où Nelson Mandela a été libéré, par Ariane Bonzon

Ci-dessous, d'autres unes de ce jour historique:

Le Nouvel Obs de la semaine concernée... Une certaine idée de la hiérarchie de l'information (Mandela dans un bandeau en haut à droite)

Et la une de Time lors de l'annonce de la libération imminente de Mandela

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

En Floride, des habitants ont reçu une «alerte zombie» par accident

En Floride, des habitants ont reçu une «alerte zombie» par accident

Plus de peur que de mal.

Plus de 2.000 langues sont en train de disparaître

Plus de 2.000 langues sont en train de disparaître

L'identité d'une communauté ou d'un pays passe aussi par sa langue.

L'histoire de cette prof tuée dans la fusillade au Texas concentre tous les maux de l'Amérique

L'histoire de cette prof tuée dans la fusillade au Texas concentre tous les maux de l'Amérique

Tuée par un élève du lycée, Cynthia Tisdale travaillait comme prof remplaçante et serveuse pour payer les factures médicales de son mari.

Newsletters