Comment le funambule Nik Wallenda a traversé UN canyon, et pas LE Grand Canyon

Via @nycsouthpaw

Via @nycsouthpaw

Nik Wallenda, funambule star de 34 ans, n’a pas traversé le Grand Canyon contrairement à ce que les médias francophones annoncent le 24 juin.

Et il ne s’agit pour autant ni d’un complot, ni d’un trucage effectué en studio. Le funambule a bien traversé sans harnais ni sécurité les gorges de la rivière Little Colorado, à 457 mètres au-dessus du sol, et à quelques kilomètes de l’extrémité est du Grand Canyon (en Arizona). Confronté à des vents plus forts que prévu, il a terminé sa marche en exactement 22 minutes et 54 secondes, pour un parcours long de 426 mètres.

C’est ce qu’on appelle un véritable exploit, certes. Mais ça n’est pas la première traversée DU Grand Canyon sur un fil, contrairement à ce que la presse a annoncé un peu partout, y compris l’Agence France Presse dans sa dépêche française (la dépêche en anglais fait la différence, relaie d'ailleurs cette controverse «marketing» et le flou entretenu par les organisateurs, voir plus bas la présentation faite par Discovery Channel). Voici une carte publiée sur Twitter de la localisation de Litte Colorado, un affluent du fleuve Colorado qui, donc, se jette dans ce dernier au niveau du Grand Canyon.

Via @nycsouthpaw

Situé à plusieurs kilomètres du célébrissime parc naturel des Etats-Unis, Little Colorado River Gorge est un parc tribal des terres navajos, lesquelles s’étendent sur quatre Etats: Arizona, Utah, Colorado, Nouveau-Mexique. Autrement dit, il s'agit bien en termes géographiques d'une très grande gorge, mais pas de LA grande gorge connue sous le nom touristique de Grand Canyon...

Les responsables du Grand Canyon avaient bien précisé ces dernières semaines qu’un tel événement n’aurait jamais été autorisé dans le parc national. En revanche, les territoires navajos, qui sont administrés par un parc tribal, y ont vu une opportunité touristique sans précédent.

«Notre fréquentation dans cette partie du Canyon est très faible, a admis le porte-parole des parcs navajos, relate Indian Country Today. Nous aimerions que les familles viennent visiter cette zone. Il y a beaucoup d’histoire, beaucoup de culture. Et nous n’avons pas le budget pour atteindre 13 millions de téléspectateurs. C’est une grande opportunité pour nous.»

Une route et un parking ont été payés par NBC, dans une zone jusqu’ici largement inaccessible au public. Retransmise dans plus de 100 pays en direct par Discovery Channel et sur Internet sur un site permettant de choisir un angle de caméra installée sur le funambule, la traversée a offert aux territoires najavos une publicité sans précédent. Vous remarquerez que le site annonce la traversée «du» Grand Canyon...

Philippe Petit, le funambule français célèbre pour avoir traversé, sans autorisation, les deux tours du World Trade Center en 1974, voulait d’ailleurs s’attaquer à ces gorges dès 1988 et y a même laissé des infrastructures, qui n'avaient jamais servi jusqu'à ce 23 juin 2013, car sa traversée a été annulée deux fois. Les responsables du parc tribal rêvent désormais de créer des tracés, des signalisations, d'installer des tables de pique-nique et de faire de leur zone un Grand Canyon bis, explique l'International Business Times.

Les territoires tribaux des indiens Navajos et Hopis. Source: Carnets-voyage.com (cliquer sur la carte pour l'agrandir)

Mais tout s’est compliqué lorsque les Hopis, Améridiens dont le territoire jouxte celui des Navajos, ont protesté contre la tenue de l’événement, dans ce lieu qu’ils considèrent comme hautement sacré.

Le directeur du centre culturel Hopi, Leigh Kuwanwisiwma, a mis en avant dans le Indian Country Today son dilemme: les indiens ne veulent pas que leur gorge «prenne des vies», et craignaient que le funambule, non assuré, ne tombe. Ils regrettent de ne pas avoir été consultés, malgré un accord signé en 2006 entre les deux tribus pour respecter les sites sacrés de chacune.

Certains Navajos ne sont pas satisfait de la confusion entretenue autour du Grand Canyon. Par exemple Milton Tso, le président de la communauté de Cameron, ville proche des gorges de Little Colorado River et membre de la nation Navajo, cité par ABC:

«M. Wallenda a besoin de s’acheter un GPS ou que quelqu’un lui prête une carte. Il s’agit de publicité trompeuse et mensongère.»