LifeScience & santé

La plus vieille eau du monde a vraiment un sale goût

Marion Degeorges, mis à jour le 19.06.2013 à 13 h 47

Cat Drinking from Sink par Dave Dugdale via FlickrCC

Cat Drinking from Sink par Dave Dugdale via FlickrCC

Et si l’eau minérale était millésimée? Imaginez votre bouteille de Volvic griffée 1956. Elle serait sans doute plus chère… Mais surtout, le goût serait-il différent?

Interviewée par le Los Angeles Times, Barbara Sherwood Lollar a une petite idée. Cette professeure à l’Université de Toronto décrit le goût de l’eau la plus vieille du monde dans un rapport publié dans la revue Nature.

D’abord qu’est-ce qui nous dit que c’est la plus vieille eau du monde? Plus de 2,5 km sous la surface de la Terre, au Canada, des scientifiques ont trouvé des poches d’eau qui ont été isolées du monde extérieur pendant plus d’un milliard d’années.

C’est plus précisément à la mine de Timmins, dans l’Ontario, que cette eau préhistorique coincée dans des fissures de parois en granite remontait à la surface par petites bulles, depuis une mine de zinc et de cuivre. Ce n’est que très récemment que des scientifiques ont pu évaluer l’âge de cette vieille eau. Elle aurait 2,6 milliards d’années. Et ça, c’est quand la Terre n’avait que la moitié de son âge actuel.

«Les roches à la mine de Timmins se sont formées il y a 2,6 milliards d’années sur ce qui était un ancien océan. Une partie de l’eau qui est restée peut provenir de l’océan, une autre partie s’est peut-être faufilée à travers les fissures des roches au fur et à mesure puis s’est retrouvée piégée.»

Que goûte-t-elle?

En fait, la communauté scientifique avait «connaissance de cette eau depuis longtemps», précise Barbara Sherwood Lollar. On en trouve des traces dans des rapports annuels du Canadian Geologic Survey des années 1880. Elle raconte:

«Lorsque j’étais étudiante, un siècle plus tard, nous avons été contactés par les mineurs de Timmins, parce que l’eau rouillait leur équipement. Là, nous avons commencé à chercher d’où elle venait.»

Le précédent record de la doyenne des eaux était de plusieurs dizaines de millions d’années.

D’après Barbara Sherwood Lollar, qui s’est payé le luxe de boire quelques gorgées de cette eau, elle aurait avant tout un goût très salé:

«A cause des réactions entre l’eau et la roche, elle est extrêmement salée. Elle est aussi plus visqueuse que l’eau du robinet, un peu comme la consistance d’un sirop d’érable light. Elle n’a aucune couleur lorsqu’elle jailli. Mais dès le contact avec l’air, elle devient orange. Parce que les minéraux à l’intérieur commencent à se former, surtout le fer.»

A-t-elle un intérêt?

Il ne s’agit bien sûr pas de mettre ce millésime en bouteille et de le vendre très cher. L’atout principal de cette vieille eau, c’est qu’elle transporte peut-être des formes de vie très anciennes.

«Nous faisons des cultures, mais il est difficile de recréer en laboratoire, le même environnement dans lequel les microbes se sont développés. Ils ne se développent pas bien en captivité. Nous avons également extrait des cellules de l’eau et menons des recherches génétiques dessus.»

Barbara Sherwood Lollar estime qu’il leur faut encore un an pour obtenir les premiers résultats. A l’avenir, cette étude pourrait être liée à celles qui explorent de la vie sur Mars:

«Puisque les scientifiques ont la preuve qu’il y a eu de l’eau sur Mars, nous pouvons supposer qu’il y a toujours de l’eau coincée dans la roche, bien en dessus du niveau de la planète. Exactement comme c’est le cas pour l’eau de Timmins.»

Pour allez plus loin en s’amusant, le site Live Science propose un diaporama des endroits les plus insolites où trouver des signes de vie.

Marion Degeorges
Marion Degeorges (57 articles)
canadaMarsgranitrocheocean
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte