Partager cet article

RIP le télégramme. STOP.

REUTERS / Yiorgos Karahalis

REUTERS / Yiorgos Karahalis

Le télégramme va mourir. Non, il ne s'agit pas d'un quotidien régional mais du célèbre moyen de communication apparu avec l'invention du télégraphe en 1794. Le 14 juillet, quelque part en Inde sera envoyé le dernier télégramme du pays, rapporte le Christian Science Monitor. Avec plus de 5.000 télégrammes envoyés chaque jour, l'Inde était le dernier pays au monde à utiliser à grande échelle ce format. 

La décision a été prise par la Bharat Sanchar Nigam Limited (BSNL), due à des pertes financières trop importantes, déplore Shamim Akhtar, reponsable des services télégraphiques de BSNL.

«Nous accumulons des pertes de plus de 23 millions de dollars par an depuis que le SMS et les smartphones ont rendu ce service redondant.»

Les télégrammes indiens étaient principalement envoyés par le gouvernement (65%) selon le format de communication popularisé par le télégraphe électrique breveté par Samuel Morse en 1838. Le service fermera ses portes en Inde le 15 juillet prochain. Comme un hommage, le site indien DNA publie des photos des employés des services télégraphiques. Cependant, le télégramme appartient encore à la liste établie par PC World des dix technologies qui devraient avoir disparu mais vivent encore. 

En France, Orange propose un service nommé Télégramme, mais rien à voir avec le télégraphe électrique. Le client peut appeler France Télécom et dicter un message qui sera soit récité de façon neutre par téléphone, soit envoyé au destinataire par courrier. Ce format est très pratique pour contacter une personne sur liste rouge. Celui-ci est encore régulièrement utilisé, notamment parce que ce format certifie le contenu, beaucoup plus pratique pour les messages officiels, par ailleurs utilisables devant la justice. On s'en souvient, c'est par télégramme que Laurence Parisot avait adressé ses félicitations à François Hollande le soir de sa victoire.  

Nous remercions le Christian Science Monitor pour l'inspiration du titre, ainsi que le Telegraph, qui ne pouvait manquer cette occasion.  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte