Un sous-marin miniature pour rechercher des traces de vie dans l'océan du satellite de Jupiter

Source: Space.com. CREDIT: Jonas Jonsson | Angstrom Space Technology Centre of Uppsala University.

Source: Space.com. CREDIT: Jonas Jonsson | Angstrom Space Technology Centre of Uppsala University.

Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA et l’université d’Uppsala en Suède ont proposé une idée originale pour aller explorer Europe, la sixième lune de Jupiter formée d’une mer de glace, et y chercher les possibles traces de vie extra-terrestre sous la couche de glace. Il s’agit d’un tout petit sous-marin robotisé, à peine plus grand que deux cannettes de soda, relate le site Science, qui cite un article publié par Astrobiology Magazine, une publication sponsorisée par le programme astrobiologique de la NASA.

Cette solution permettrait d’obtenir un bon compromis entre les spécifications techniques pour une telle mission, et le coût qu’implique le moindre kilo envoyé dans l’espace.

Les scientifiques envisagent la possibilité d’y trouver des bactéries depuis que les données de la mission Voyager 2 ont permis d'identifier, en 1979, l'existence d'un vaste océan liquide sous la surface de glace d'Europe, poursuit Space.com. Un océan plus grand que toutes les mers de la terre.

De telles formes de vie arctiques ont été retrouvées sur terre dans des conditions de froid comparable. «Deeper Access, Deeper Understanding» (DADU), le nom du sous-marin miniature, pourrait d’abord se lancer dans une «mission du Saint Graal», explique Jonas Jonsson, ingénieur à la NASA: explorer le lac Vostok en Antarctique, isolé du reste de la terre par sa couche de glace depuis des millions d’années.

En mars 2013, à l’occasion d’un forage dans le lac Vostok, Sergei Bulat, un généticien de Saint-Petersbourg, affirmait qu’on avait retrouvé «une vie non identifiée et non classifiée» sous la forme d'ADN bactérien.

Cet exercice d'exploration sous-marine pourrait démontrer la capacité de DADU à remplir sa mission future dans l’espace. Concrètement, le sous-marin serait relié par de la fibre optique à la station en surface, de manière à pouvoir recharger ses piles de lithium et à être piloté par un humain. Une petite caméra à l’avant pourra faire des vidéos haute résolution.

Aucune mission d’exploration d’Europe n’est prévue dans l'immédiat, mais l’agence spatiale européenne voudrait lancer une mission, JUICE (JUpiter ICy moons Explorer mission), pour effectuer les premières mesures sur la couche de glace du satellite en 2030.