MondeC'est dans l'actu

Pologne: un tunnel découvert à Sobibor

Cécile Schilis-Gallego, mis à jour le 11.06.2013 à 11 h 08

Extermination Camp of Sobibor, Poland / Emmanuel DYAN via FlickrCC License by

Extermination Camp of Sobibor, Poland / Emmanuel DYAN via FlickrCC License by

Un tunnel a été découvert dans le camp de concentration Sobibor en Pologne où des fouilles archéologiques sont actuellement en cours, rapporte le quotidien israélien Haaretz. C'est l'archéologue israélien Yoram Haimi, qui travaille pour l'Autorité des antiquités d'Israël et dont deux parents ont été tués à Sobibor, qui a fait la découverte.

Le tunnel –d'une profondeur d'1,6 mètres et d'une largeur d'un mètre– partait d'une caserne située à l'extérieur de la clôture du camp. Il aurait pu être creusé par les prisonniers du Commando spécial en charge de brûler les cadavres des Juifs assassinés. Yoram Haimi explique: 

«Ils ont commencé à creuser depuis le centre de la cabane que nous avons découverte. Ils ont soulevé les planches en bois et creusé, peut-être la nuit. Ensuite ils ont éparpillé la terre qu'ils avaient déterrée.»

The Telegraph signale que les experts pensent que le tunnel a probablement été découvert, conduisant à l'exécution de tous ceux qui avaient potentiellement été impliqués. Selon le journal:

«La longueur du tunnel donne une indication sur l'igéniosité de ces prisonniers qui voulaient à tout prix s'évader de ce camp.»

Le trou aurait ensuite été rebouché par les Allemands d'après le Telegraph. Le journal Haaretz se contente de dire que la présence de sable laisse penser qu'il se serait effondré.
 
Il n'y a pas de preuve d'évasion réussie par ce tunnel, indique le Huffington Post. Cependant une révolte des prisonniers le 14 octobre 1943 avait conduit à l'assissnat d'une douzaine de gardes. Près de trois cents prisonniers avaient passé la cloture mais un tiers d'entre eux furent capturés. Plus de la moitité du reste n'a pas survécu à la guerre, écrit The Telegraph:

«Peu de gens ont survécu à Sobibor. Peu après le soulèvement, Himmler a ordonné que le camp soit rasé et que des arbres soient plantés pour effacer toute trace de l'installation.»

Cette découverte éclaire le sort du camp de Sobibor dont on sait aujourd'hui peu de choses comparé à d'autres camps d'extermination allemands. Environ 250.000 juifs –principalement polonais, néerlandais et slovaques– ont été tués dans ce camp entre 1942 et 1943.

Cécile Schilis-Gallego
Cécile Schilis-Gallego (105 articles)
juifsSobiborarchéologienazicamp
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte