C'est dans l'actuMonde

Turquie: «On n'a rien vu venir»

Ariane Bonzon, mis à jour le 06.06.2013 à 12 h 52

Place Taksim, le 5 juin 2013, à Istanbul. REUTERS/Stoyan Nenov

Place Taksim, le 5 juin 2013, à Istanbul. REUTERS/Stoyan Nenov

Istanbul (Turquie)

Aviez-vous prévu ce soulèvement populaire en Turquie? C’est la question que nous avons posée à Istanbul à trois chercheurs français, parmi les plus fins connaisseurs du pays où ils vivent et travaillent depuis de nombreuses années et dont ils parlent la langue.

Jean-François Pérouse est enseignant-chercheur, directeur de l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA). Il est l’auteur de La Turquie en marche (éditions de la Martinière, 2004).

Pour être franc, personne dans la communauté des chercheurs n’a vu venir cet ample mouvement. Celui-ci est le produit d’une accumulation-succession d’événements, de décisions et de déclarations intempestives qui a engendré une alchimie inédite de forces sociales et politiques réunies d’abord par un «ras-le-bol» commun, puis par une communauté de destin face à la répression policière. Ce qu’on a seulement pu observer depuis quelques années, c’est la structuration d’un réseau d’opposants à la politique urbaine et environnementale de l’AKP (parti de la Justice et du développement, au pouvoir depuis 2002, NDLR) une politique peu participative et peu soucieuse du bien public. A présent, c’est la viabilité de cette alliance improbable et sa capacité à accoucher d’un agenda politique alternatif et consensuel qui ne manque pas de susciter bien des interrogations...

Alexandre Toumarkine, chercheur français à Istanbul. Auteur de Géopolitique de la Mer Noire: Turquie et pays de l'ex-URSS (éditions Karthala, 2000).

Sur la politique urbaine, les grands projets mégalomaniaques, l'affairisme, on avait déjà tiré la sonnette. Sur le politique: nous n’avons pas vu venir la mobilisation, malgré un très grand nombre de micro-réactions à des micro-questions (fermeture d'un cinéma) ou sur des sujets plus importants (1er mai, enjeu symbolique a Taksim, contestation étudiante dans les campus, incitation aux mères de faire trois enfants et plus, propos sur l’avortement, loi sur l'alcool).

Et puis, nous n’avons pas analysé assez précisément les conséquences de la concentration du pouvoir dans les mains de Recep Tayyip Erdogan et de ses hommes. On s'est trop concentré sur les fissures au sein de l’électorat de l'AKP.

Elise Massicard, responsable de l'observatoire de la vie politique turque à l'Institut français d'études anatoliennes, et chercheuse associée au Ceri.  Auteure de L’autre Turquie (PUF , 2005). 

A ma connaissance, personne ne l’avait vraiment prévu. Le parc Gezi n’était pas une cause très connue, et a fait office d’étincelle, de «goutte d’eau». Seuls ceux, rares, qui suivaient la mobilisation du parc de Gezi ont, dès la semaine dernière, senti monter la tension palpable depuis le 1er mai (cf cet article publié sur le site de l'Observatoire de la vie politique turque et sur ce blog). La manifestation du 1er mai sur la place symbolique de Taksim avait été interdite en raison des travaux en cours, ce qui avait donné lieu à des violences policières (gaz lacrymogènes notamment). A la suite de cela, les manifestations sur la place Taksim (place de la Division), l’avenue Istiklal (l’avenue de l’Indépendance) et devant le palais de Justice avaient été interdites pour un an. Cette interdiction a provoqué la colère, et d’autres manifestations ont eu lieu, qui ont été réprimées de manière musclée. Durant tout le mois de mai, les tensions se sont accumulées et cristallisées sur la place Taksim.

Sinon, l’attention des observateurs était accaparée par le processus de résolution de la question kurde et la question syrienne.

Vendredi 31 mai et samedi 1er juin encore, était organisée à Istanbul une conférence sur les dix ans au pouvoir de l’AKP. Durant la première journée, les chercheurs adoptant un regard distancié voire critique du bilan de l’AKP étaient en minorité.

Propos recueillis par Ariane Bonzon

Ariane Bonzon
Ariane Bonzon (221 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte