Tech & internetMonde

Accès à Internet en Turquie: à quoi servent les codes d'accès VPN diffusés par les internautes?

Cécile Dehesdin, mis à jour le 03.06.2013 à 15 h 05

Inside the cloud / Tgillin via flickrCC license by

Inside the cloud / Tgillin via flickrCC license by

En parallèle aux affrontements qui opposent depuis le vendredi 31 mai les manifestants aux autorités turques à Istanbul et Ankara, l'accès à Internet semble chaotique.

On nous a par exemple signalé que Slate.fr était inaccessible depuis Istanbul, sans que l'on sache vraiment si les difficultés de connexion sont la marque d'un filtrage ou d'une surcapacité du réseau. Au 1er juin, le groupe d'hacktivistes suédois Telecomix tweetait également ne pas voir de preuves de filtrage dans le pays, mais conseillait l'utilisation de VPN pour un «Internet plus sûr».

«Côté Cedexis, nos données ne montrent pas de coupure massive ces dernières semaines en Turquie pour les prestataires que nous mesurons. Un contact local m’a simplement confirmé la difficulté d’accès à certains sites web, essentiellement de grands réseaux sociaux», explique Nicolas Guillaume, porte-parole de l'entreprise franco-américaine spécialisée dans l'optimisation de trafic Cedexis. Il souligne que cette difficultée d'accès pourrait être due à un possible filtrage ou blocage de ces sites par des opérateurs locaux, mais que cela reste à confirmer.

Dans l'ensemble, conclut-il «la Turquie a vu ses infrastructures télécoms devenir de plus en plus performantes au fil des ans grâce à de nouvelles liaisons terrestres vers l’Europe. C’est le signe d’une assez bonne résilience localement et rend donc plus complexe une coupure physique dans le pays. Une coupure/censure dépend aussi des politiques locales en matière de télécoms», c'est-à-dire de l'indépendance des opérateurs vis-à-vis de l'Etat.

Quoi qu'il en soit, de nombreux internautes publient les codes d'accès à des VPN sur Twitter et Facebook, pour permettre aux Turcs d'accéder à tous les sites, y compris ceux inaccessibles ou ralentis depuis la Turquie, et de pouvoir échanger des informations de manière plus sécurisées.

Qu'est-ce qu'un VPN?

Les VPN, Virtual Private Networks ou réseaux privés virtuels, permettent de relier un ordinateur à un serveur sur Internet via un «tunnel» virtuel sécurisé et chiffré.

L'intérêt est double: relier son ordinateur à un serveur situé dans un autre pays fait que la connexion Internet passe par un site passerelle à l'étranger, dans un endroit qui ne souffre ni de censure ni de problème d'accès à Internet, et rend du coup impossible le traçage de l'adresse IP de l'internaute. D'autre part, le tunnel étant chiffré, les informations, images etc. sont protégées d'une possible surveillance gouvernementale.

C'est ce que font de nombreux internautes chinois pour échapper à la censure par exemple (le système «croyant» que leur ordinateur est aux Etats-Unis et non en Chine, rien ne les empêche d'accéder à un site interdit en Chine). 

Dans des cas moins graves, c'est ce que font certains internautes pour pouvoir télécharger des séries sans se faire attraper par l'Hadopi. Certains VPN sont gratuits, mais ont des limitations d'usage, tandis que d'autres sont payants.

Le VPN a ses limites: si tout accès à Internet est coupé dans un endroit, un ordinateur ne peut pas se connecter à un serveur via cette technique, puisqu'il n'existe plus de «route» où le «tunnel» peut passer. Des autorités qui souhaitent bloquer l'accès à des VPN peuvent également le faire. La Chine et l'Iran ont ainsi coupé l'accès aux VPN non-autorisés par leur gouvernement.

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte