Égalités / Monde

Interdire les mannequins de lingerie: la nouvelle grande idée de l'Inde pour «protéger» les femmes des agressions sexuelles

Temps de lecture : 2 min

La Perla mannequins par Dan DeLuca via FlickrCC
La Perla mannequins par Dan DeLuca via FlickrCC

L'Inde ne sait plus quoi faire pour protéger ses femmes des agressions sexuelles. La dernière trouvaille vient de la ville de Bombay, qui propose de bannir les mannequins de lingerie dans les magasins. Le journaliste indien Anurag Kotoky ironise sur la situation dans une tribune publiée par Reuters:

«Vous ne pouvez pas accuser l’illettrisme, vous ne pouvez pas accuser le maintien de l’ordre. Ou la mentalité patriarcale indienne. C’est la faute des mannequins osés qui hantent les magasins de lingerie de Bombay. Ils transforment les badauds en prédateurs sexuels.»

C’est déjà le temps de faire un point: il s’agit bien des mannequins dans les vitrines. En passant devant, n’importe quel homme serait «provoqué», et se transformerait alors en prédateur sexuel.

Pour protéger les femmes, on s'attaque... aux femmes

Comme l’explique également Kotoky, cette idée a immédiatement été raillée sur Twitter. L’humoriste Ramesh Srivats propose une mesure bien plus radicale: bannir les femmes, pour les protéger des viols... A leur encontre, CQFD.

Un autre humoriste, Sapan Verma, recentre le débat sur ce que révèle cette proposition sur la société indienne.

Dans un édito de The Hindu, le journaliste Sidharth Bhatia développe la problématique conservative:

«Avec déjà tant de problèmes qui s’étendent sur Bombay (la collecte des ordures, les épidémies infectieuses, et bien sûr, les nids-de-poule) il serait logique de penser que le conseil municipal ferait des heures sup’ pour trouver des solutions. A la place, ils vouent leur temps et leur attention à nettoyer les turpitudes morales des citoyens».

Pour Sidharth Bathia, si elle est appliquée, cette mesure n’aura pas un impact majeur sur la société et les habitants de Bombay. Mais c’est néanmoins encore une preuve du rétropédalage idéologique de la ville. Tout en s’indignant des violences faites aux femmes, les politiques du pays continuent à restreindre leur liberté.

Déjà plein de mesures bizarres

Quand ce ne sont pas les mannequins, ce sont les femmes la nuit, les femmes en jupe, les femmes qui dansent dans des bars... Toutes ces solutions sont maladroites, pour ne pas dire complètement stupides. Pour les recenser, le Wall Street Journal India a dressé un Top 10:

  • Pas de jupes pour les filles, ce qui est pourtant une partie de leur uniforme scolaire
  • Appelez son agresseur «mon frère» en lui tenant la main
  • Revenir aux valeurs traditionnelles, parce que tous ces viols sont «la faute de la pensée occidentale»
  • Pas de rencards pour les jeunes filles, ni de films de Bollywood, ça donne des pensées lubriques aux hommes
  • Une montre protectrice qui enverrait un message au poste de police le plus proche et aux proches en cas d’agression. La montre serait aussi géolocalisable.
  • Stop aux émissions de talents à la télévision, où des ados de 14 ans dansent ensemble sur des chansons d’amour
  • Pas de mixité à l’école. Elle est actuellement autorisée, il faudrait donc faire un pas en arrière
  • Recouvrir les sculptures indiennes érotiques et nues
  • Bannir le porno, une pétition est en ligne à cet effet

Et nous ajoutons celles-ci:

La fédération des marchands (FRTWA) s’est déjà opposée à l'interdiction des mannequins de lingerie. Son président a souligné que la ville de Bombay n’avait pas les autorisations nécessaires pour interdire les mannequins dans les magasins. Selon lui, aucun vendeur ne pourrait donc être inquiété. Néanmoins, il ajoute que la FRTWA soutient n’importe quelle action contre l’exposition non-autorisée de mannequins en dehors des boutiques.

Marion Degeorges

Newsletters

L'étiquette aux allures sado-masochistes d'une bière russe fait scandale

L'étiquette aux allures sado-masochistes d'une bière russe fait scandale

Sur cette étiquette, l'image d'une femme bâillonnée a fait réagir des féministes, et le Service anti-monopole de l'État.

Joyeux et politique, le projet hors normes du Gros Festival

Joyeux et politique, le projet hors normes du Gros Festival

Samedi 23 et dimanche 24 mars, le collectif Gras politique organise son premier festival, avec pour principal objectif de fédérer contre la grossophobie.

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

La basketteuse Bilqis Abdul-Qaadir avait tout pour devenir un symbole de réussite de la jeunesse musulmane américaine. Mais la Fiba lui a barré l’accès aux terrains, en raison de son voile.

Newsletters