C'est dans l'actuMonde

La réponse du Pakistan à la pénurie d'électricité: ne portez pas de chaussettes

Daphnée Denis, mis à jour le 21.05.2013 à 10 h 10

Une grave crise d'énergie frappe le Pakistan. Le gouvernement a donc décidé d'imposer un code vestimentaire à ses fonctionnaires.

Leftover socks / sockladyspins via FlickrCC License by

Leftover socks / sockladyspins via FlickrCC License by

Au Pakistan, le port de chaussettes est interdit jusqu’à nouvel ordre. A cause d’une grave crise d’énergie dans le pays, Islamabad a coupé l’air conditionné dans les bureaux du gouvernement... et par égard pour les narines de ses fonctionnaires, leur a interdit de porter socquettes, bas ou chaussettes au travail.

Reuters rapporte que ce nouveau dress-code date de la mi-mai, et fait partie de la réponse du gouvernement pakistanais aux coupures d’électricité quotidiennes dont souffre le pays. Les blackouts durent entre 16 et 22 heures dans certaines régions, rapporte Pakistan Today.

«Il n’y aura plus d’utilisation publique de diffuseurs d’air conditionné jusqu’à ce que nous connaissions une amélioration substantielle de la situation d’énergie [dans le pays], annonce une directive du gouvernement.

Le code vestimentaire inclut une chemise blanche ou claire (manches longues ou mi-longues) avec des pantalons clairs ou le shalwar kameez (la robe traditionnelle portée par les femmes) avec un gilet et des mocassins (sans lacets) ou des sandales (des chaussures avec des sangles) sans chaussettes.

Tous les fonctionnaires ont eu sept jours pour se préparer et ont ordre de respecter le code vestimentaire.»

Les compagnies d’électricité ne produisent plus que 2/3 de l’électricité nécessaire au pays. En cause, l'utilisation de centrales nucléaires beaucoup trop anciennes (certaines datent des années 1960), mais aussi le fait que le gouvernement n’est pas capable de payer les centrales pour le peu d’énergie qu’elles produisent, explique le Telegraph.  

Musaddiq Malik, le ministre de l’Eau et de l’électricité, et Sohail Wajahat Siddiqi, le ministre du pétrole et des ressources naturelles, ont exprimé ensemble «leur incapacité à surmonter la crise», lors d’une conférence de presse à Lahore, où la température actuelle est de 40°C d’après le Pakistan Daily Times.

«Présentant un portrait réaliste [de la situation], les ministres ont annoncé que le prix du gaz et de l’électricité vont augmenter dans tous les secteurs», poursuit le Daily Times.

Les coupures d’électricité ont provoqué de violentes manifestations et représentent un grave handicap pour l’industrie, dans un pays pauvre déjà frappé par un très fort taux de chômage, et victime de l’insurrection des Talibans.

Musaddiq Malik et Sohail Wajahat Siddiqi ont prédit que les choses empireraient avant de s’améliorer au Pakistan. 

D.D.

Daphnée Denis
Daphnée Denis (114 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte