Tech & internet / Monde

La station spatiale internationale met Linux en orbite

Temps de lecture : 2 min

La station spatiale internationale via NASA
La station spatiale internationale via NASA

Plus «stable et fiable» que Windows XP, Linux est désormais le petit chouchou de la Station spatiale internationale. Le journaliste Joel Gunter explique dans The Telegraph que des douzaines d’ordinateurs portables assistent quotidiennement l’équipage, que ce soit pour leur indiquer où ils sont, ou pour manipuler les caméras à bord.

Keith Chuvala, un responsable de United Space Alliance, développe:

«Nous avions besoin d’un système d’exploitation stable et fiable, donc nous avons transféré les fonctions clés de Windows à Linux. Maintenant nous pouvons tout contrôler depuis l’intérieur de la station».

Windows et ses virus

En 2008, les ordinateurs Windows de la station spatiale ont été affectés par un virus, le W23.Gammima.AG. Il aurait été apporté par l’ordinateur d’un astronaute russe. Le virus s’est rapidement propagé aux autres appareils, mais n'était fort heureusement pas trop dangereux.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

D’après le site Extreme Tech, ce n’est pas un hasard si Linux a été choisi: il est déjà largement exploité dans le milieu scientifique. A l’instar du grand accélérateur de particules du CERN, le LHC. Ou même de la NASA, ou des scientifiques qui travaillent dans le séquençage d’ADN. Pour tous les usages qui nécessitent une sécurité maximale, Linux reste «un choix évident».

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio