Tech & internet / Monde

La station spatiale internationale met Linux en orbite

Temps de lecture : 2 min

La station spatiale internationale via NASA
La station spatiale internationale via NASA

Plus «stable et fiable» que Windows XP, Linux est désormais le petit chouchou de la Station spatiale internationale. Le journaliste Joel Gunter explique dans The Telegraph que des douzaines d’ordinateurs portables assistent quotidiennement l’équipage, que ce soit pour leur indiquer où ils sont, ou pour manipuler les caméras à bord.

Keith Chuvala, un responsable de United Space Alliance, développe:

«Nous avions besoin d’un système d’exploitation stable et fiable, donc nous avons transféré les fonctions clés de Windows à Linux. Maintenant nous pouvons tout contrôler depuis l’intérieur de la station».

Windows et ses virus

En 2008, les ordinateurs Windows de la station spatiale ont été affectés par un virus, le W23.Gammima.AG. Il aurait été apporté par l’ordinateur d’un astronaute russe. Le virus s’est rapidement propagé aux autres appareils, mais n'était fort heureusement pas trop dangereux.

D’après le site Extreme Tech, ce n’est pas un hasard si Linux a été choisi: il est déjà largement exploité dans le milieu scientifique. A l’instar du grand accélérateur de particules du CERN, le LHC. Ou même de la NASA, ou des scientifiques qui travaillent dans le séquençage d’ADN. Pour tous les usages qui nécessitent une sécurité maximale, Linux reste «un choix évident».

Marion Degeorges

Newsletters

Les faux comptes Facebook explosent après la fusillade de Santa Fe

Les faux comptes Facebook explosent après la fusillade de Santa Fe

Les premiers sont apparus à peine vingt minutes après l'annonce de l'attaque.

Aux États-Unis, Fortnite devient un vrai problème pour les joueurs de baseball

Aux États-Unis, Fortnite devient un vrai problème pour les joueurs de baseball

Les heures passées sur le jeu vidéo pourraient avoir une influence négative sur les performances des sportifs.

En 2018, on reconnaît un hit aux mèmes qu'il génère

En 2018, on reconnaît un hit aux mèmes qu'il génère

En 2018, les tubes ne se créent plus seulement avec des instruments, des lyrics et des micros. La partition la plus importante est maintenant celle qui se joue sur les réseaux sociaux.

Newsletters