MondeTech & internet

Google reconnaît la Palestine

Daphnée Denis, mis à jour le 03.05.2013 à 9 h 57

Capture d'écran de Google.ps

Capture d'écran de Google.ps

Après les Nations unies en novembre, Google a décidé de reconnaître la Palestine en tant qu’Etat. Le moteur de recherche n’a pas fait de grande annonce, changeant simplement la signature sous le symbole Google dans sa version palestinienne, comme l’a remarqué en premier le Palestine News Network.

Depuis sa création, Google.ps faisait référence à la Palestine comme étant les «Territoires palestiniens», comme on peut le voir (en arabe) dans la photo ci-dessous récupérée grâce à la Wayback Machine Internet Archive.

 Aujourd’hui, c’est le mot «Palestine» que l’on peut lire sous les lettres colorées de Google.

«Ce changement est évidemment mineur, analyse Foreign Policy, mais dans le contexte chargé de la politique au Moyen-Orient, la décision de Google pourrait être prise comme une victoire pour les défenseurs de la cause palestinienne qui soutiennent la récente décision du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de contourner le paralytique processus de paix avec Israël, que soutiennent les Etats-Unis.»

Pour l’instant, Google Maps n’a pas fait le changement, en revanche. L’Etat de Palestine n’apparaît donc pas sur la carte virtuelle, ce pour quoi Google a été vivement critiqué dans le passé.

Sur Internet, les réactions au changement sont mitigées: certains estiment qu’il s’agit d’une petite victoire tandis que d’autres considèrent la mise à jour dérisoire.

Depuis plusieurs années, Google investit des millions dans le développement technologique palestinien, dans l’objectif d’être à la tête des moteurs de recherche en langue arabe, comme le rapportait déjà Fast Company en 2010. Il n’est donc pas si étonnant que la société ait décidé d'exprimer son soutien aux demandes palestiniennes, même s’il s’agit d’une compagnie américaine et que les Etats-Unis se sont opposés à la reconnaissance de la Palestine par les Nations Unies (comme l’ont remarqué des blogueurs énervés par la nouvelle).

Ce n’est pas la première fois que le géant californien est impliqué dans des litiges internationaux. En 2010, Google Maps a été cité par un commandeur du Nicaragua pour justifier la position de son pays dans une dispute frontalière avec le Costa Rica. Et cela fait plusieurs années que l’entreprise de technologie est en conflit avec la Chine au sujet de la censure de ses résultats de recherche.

D.D.

Daphnée Denis
Daphnée Denis (114 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte