Tech & internetMonde

Votre job: regarder du porno sur Internet (pour assurer la censure en Chine)

Daphnée Denis, mis à jour le 25.04.2013 à 9 h 54

Certains parlent déjà du «job rêvé pour un homme».

Deseo Desire/neogabox via FlickR CC License By

Deseo Desire/neogabox via FlickR CC License By

«Poste: Contrôleur de l’identification pornographique

Lieu: Pékin

Salaire: 200.000 yuans (soit près de 25.000 euros) par an

Description: Détermination rapide des sites pour adulte»

Ceci n’est pas une blague. La société chinoise de censure sur Internet Anquan Lianmeng (la Ligue de Sécurité), qui travaille avec des compagnies comme Sina ou Baidu selon le Shangaiist, a posté cette annonce afin de trouver un expert en porno et couper court à la dépravation sur le Web en Chine.

Le candidat idéal doit avoir entre 20 ans et 35 ans, être titulaire d’une licence ou d’un diplôme plus élevé, et, bien entendu, connaître les critères légaux pour les sites pour adulte en Chine ainsi que les serveur autorisés. Pour la modique somme de 25.000 euros par an, il surfera sur le Web toute l’année pour débusquer les sites coquins.

En plus de son salaire, l’heureux élu recevra une assurance maladie, du yaourt et des fruits tous les jours, et des bonus les jours d’anniversaire ou de mariage. Pour le site Techdirt, nous avons tout simplement affaire à la «meilleure offre d'emploi de l'histoire».

Sans surprise, Anquan a été submergée par des milliers de réponses, immédiatement après avoir posté l’offre. Celle-ci a d'ailleurs été partagée 45.595 fois en grande partie par des internautes qualifiant l'opportunité de «job rêvé pour un homme», selon le Global Times.  

Le quotidien a demandé à Fang Binxing –l'homme qui a conçu le «Grand Firewall de Chine» (par analogie avec la Grande Muraille)le système qui bloque certaines addresses IP dans le pays– ce qu'il pensait de cette tâche de contrôleur de la pornographie.

Pour l'informaticien, il doit «s'agir d'un coup de publicité» de la part d'Anquan. Néanmoins, Fang Binxing estime que les entreprises auraient intérêt à recruter des gens pour traquer le contenu pornographique: «Les entreprises sont punies s'il y a de la pornographie sur leurs sites. S'il y a des gens qui inspectent et suppriment ce contenu en amont, elles s'éviteront des ennuis légaux.»

Publiées en 2004, les règles chinoises d'autodiscipline pour les sites Internet exigent en effet «que les entreprises interdisent la pornographie et les informations malsaines».

Quoi qu'il en soit, on ne sait pas si l’entreprise a trouvé la perle rare. Il n'est peut-être pas trop tard pour tenter votre chance.

Daphnée Denis
Daphnée Denis (114 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte