Monde

Ce que le rapport du FBI nous apprend sur la traque de Dzhokhar Tsarnaev

Temps de lecture : 2 min

Des policiers des unités d'intervention devant la maison où a été appréhendé Dzhokhar Tsarnaev, vendredi à Watertown REUTERS/Brian Snyder
Des policiers des unités d'intervention devant la maison où a été appréhendé Dzhokhar Tsarnaev, vendredi à Watertown REUTERS/Brian Snyder

Lundi 22 avril 2013, le département de la Justice américain a mis en ligne le rapport du FBI sur Dzhokhar Tsarnaev. Il revient sur les événements qui ont conduit à l'arrestation du jeune homme de 19 ans accusé dans les attentats de Boston.

Les premières images des frères Tsarnaev sont capturées le 15 avril 2013 à 14 heures 38. Une caméra de surveillance de Boylston Street enregistre les images de deux jeunes hommes portant des sacs à dos. Le premier est identifié comme Tameran Tsarnaev, «bomber one» et le second comme son frère Dzhokhar Tsarnaev, «bomber two». Selon les déclarations de l'agent du FBI Daniel R. Genck, une autre caméra de surveillance enregistre Dzohkhar Tsarnaev, blouson noir et casquette blanche, s'éloignant de la ligne d'arrivée, près de laquelle il a déposé son sac à dos.

A 14 heures 49, deux bombes placées près des barrières où attendent les spectateurs du marathon explosent à quelques secondes d'intervalle sur Boylston Street. Chacune tue au moins une personne et en blesse des centaines d'autres. En tout, trois personnes sont tuées et près de deux cents blessées.

Le 18 avril 2013 à minuit, un homme pénètre dans un véhicule stationné sur une route de Cambridge, Massachusetts, et menace son conducteur à l'aide d'une arme à feu.

«Avez-vous entendu parler de l'explosion de Boston? C'est moi qui ai fait ça, affirme-t-il au conducteur. Je suis sérieux.»

Le braqueur force le propriétaire du véhicule à rouler jusqu'à l'endroit où un second homme s'engouffre dans la voiture, indique le rapport du FBI. Les deux hommes se parlent dans une langue étrangère.

Les braqueurs exigent la carte bancaire et le code de la victime. Ils se rendent à un distributeur, dont ils tirent de l'argent à minuit 17, puis à une station essence de Cambridge. C'est le moment que choisit le propriétaire du véhicule pour s'enfuir à pied.

Peu de temps après, la voiture est localisée par les forces de l'ordre à Watertown. Sur Dexter Street, les occupants du véhicule lancent deux petits explosifs artisanaux. De nombreux coups de feu sont alors échangés. L'un des deux hommes est sévèrement touché. Il est abandonné sur place par son compagnon qui s'enfuit toujours au volant de la voiture. Celle-ci sera retrouvée peu de temps après. Des explosifs sont retrouvés à son bord et sur le lieu des affrontements. Ils présentent des similitudes de fabrication avec les explosifs utilisés pour l'attentat de Boston.

L'homme blessé décède peu de temps après de ses blessures. Il s'agit de Tamerlan Tsarnaev. En comparant les vidéos de surveillance du marathon et celle du distributeur automatique, l'agent du Daniel R. Genck identifie le second homme comme le frère du mort, Dzhokhar Tsarnaev.

Le 19 avril 2013, la police localise un homme caché dans un bateau recouvert d'une bâche sur Franklin Street, à Watertown. Après de nouveaux coups de feu, les forces de l'ordre interpellent un homme identifié grâce à ses papiers comme Dzhokhar Tsarnaev. Il présente de multiples blessures par balles et est conduit à l'hôpital.

Deux jours plus tard, le FBI fouille la chambre d'étudiant du jeune homme et trouve du matériel explosif ainsi qu'un blouson noir et une casquette blanche qui correspondent au blouson et à la casquette portés par «bomber two» le 15 avril.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le rapport du FBi accuse Dzhokhar Tsarnaev de «destruction malveillante de biens ayant entraîné la mort» et «usage d'armes de destruction massive». Il demande à ce que le jeune homme soit jugé pour ses crimes. Celui-ci risque la peine de mort ou l'emprisonnement à vie, ainsi qu'une amende de 250.000 dollars.

Newsletters

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Malgré l'arrivée d'Omicron, l'industrie maintient ses activités coûte que coûte.

Des perles en œufs d'autruche révèlent un réseau social vieux de 50.000 ans

Des perles en œufs d'autruche révèlent un réseau social vieux de 50.000 ans

L'étude des bijoux permet de comprendre les interactions sociales préhistoriques.

Des biologistes découvrent ce qui pourrait être le premier animal hybride de l'histoire

Des biologistes découvrent ce qui pourrait être le premier animal hybride de l'histoire

Les Sumériens partaient à la guerre avec des ânes hybrides.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio