Monde

Il vit les attentats de Boston puis assiste à l'explosion de Waco

Temps de lecture : 2 min

Joe Berti a passé une vraiment mauvaise semaine.

L'explosion à Waco / Sam Gilbertson
L'explosion à Waco / Sam Gilbertson

«Quelle putain de semaine»: dans un article satirique, le faux journal The Onion résume le sentiment général aux Etats-Unis après les attentats de Boston, la tentative d’empoisonnement de Barack Obama (avec l'envoi d'une lettre empoisonnée au ricin) et l’explosion d’une usine d’engrais près de Waco au Texas.

Bien entendu, les personnes qui ont perdu un proche lors de ces événements sont ceux qui souffrent le plus. Mais Joe Berti, qui a fini le marathon de Boston quelques minutes avant que les deux bombes n’explosent puis, de retour chez lui, a assisté à l’explosion de l’usine texane, a passé une semaine vraiment traumatisante, lui aussi.

Depuis le 15 avril 2013, sa vie est digne d'un scénario très imaginatif. Jugez plutôt.

Joe Berti et sa femme Amy ont eu très peur lors des attentats de Boston, et sont retournés au Texas, heureux d'avoir échappé aux bombes sans une égratignure. Mais deux jours plus tard, alors qu'il rentrait chez lui à la suite d'un rendez-vous professionnel à Dallas, Joe Berti a vu de la fumée noire sur sa gauche.

Il est sorti de sa voiture, a pris une photo, puis s'est rassis derrière le volant pour décamper car des débris étaient tombés sur le toit de son véhicule. C'est là qu'il a ressenti une nouvelle explosion.

La photo de l'explosion de l'usine prise par Joe Berti

«Je me suis juste dit “C’est pas possible!”», a expliqué le Texan de 43 ans à l’agence Associated Press, ajoutant qu’il n’avait jamais vu d’explosion auparavant.

«Je veux juste partir, m’éloigner de toutes ces explosions.»

Malgré tout, Joe Berti ne pense pas avoir la poisse. Au contraire, il s’estime chanceux, puisqu'il est toujours sain et sauf. «Nous remercions Dieu d’avoir été miséricordieux», a confié son épouse à l’Associated Press.

«Nous prions pour toutes les personnes qui ont eu moins de chance de nous.»

Tout de même, comme le résume le site Gawker, Joe Berti est «le moins chanceux des hommes chanceux.»

D.D.

Newsletters

Salman Rushdie, symbole des lignes de faille cachées entre Orient et Occident

Salman Rushdie, symbole des lignes de faille cachées entre Orient et Occident

La fatwa lancée contre lui en 1989 a transformé l'auteur en icône culturelle représentant l'importance de la liberté d'expression de l'écrivain.

En Floride, une orpheline de 16 ans, jugée «pas assez mûre», est privée d'IVG

En Floride, une orpheline de 16 ans, jugée «pas assez mûre», est privée d'IVG

Une décision confirmée en appel malgré les réticences de l'un des juges.

Stromboli, l'île volcanique au pouvoir de destruction absolu

Stromboli, l'île volcanique au pouvoir de destruction absolu

Au mois de mai, l'équipe de tournage d'une série italienne a mis le feu au volcan. Un acte imprudent d'humains qui ont voulu singer la colère rouge d'Iddu, auquel on ne peut s'empêcher d'attribuer une personnalité mi-humaine, mi-divine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio