C'est dans l'actuMonde

Marathon de Boston: Internet à la recherche du «type à la robe de chambre bleue» et d'autres possibles poseurs de bombe

Cécile Dehesdin, mis à jour le 17.04.2013 à 15 h 01

En scrutant les photos d'avant l'attentat, ils croient avoir trouvé un suspect. Une «enquête» à manier avec précaution.

Alors que le FBI et les services de police de Boston n'ont pas encore de suspects –ou n'ont pas annoncé en avoir– dans les attentats du marathon de Boston, et qu'ils cherchent à obtenir le plus de photos et vidéos d'amateurs, les utilisateurs du réseau social Reddit sont passés à la vitesse supérieure en créant un fil dédié à retrouver ceux qui ont posé les bombes.

L'utilisateur «7feet4inches520lbs» a posté il y a quelques heures une série de photos d'un homme en t-shirt rouge et polaire ou manteau bleu, qu'il surnomme «Blue robe guy», «le mec à la robe de chambre bleue». Il porte un sac à dos par ses bretelles, devant lui, et le redditeur pense qu'il s'agit d'un sac à dos retrouvé en lambeaux sur la scène du crime:

Cliquez sur l'image pour l'agrandir (nous avons flouté le visage de l'homme en question)

Le redditeur fournit une série de liens vers d'autres photos où l'on voit apparaître l'homme à la robe de chambre bleue. S'en suivent des dizaines de commentaires entre les différents utilisateurs sur la fiabilité de cette piste: certains estiment que le sac n'a pas l'air suffisamment lourd, d'autres répondent que l'homme est celui qui paraît le moins à sa place dans les photos de foule. Un autre affirme que les données des images montrent qu'elles ont été prises plusieurs heures avant l'explosion des bombes, et qu'il ne s'agit donc probablement que d'un homme attendant quelqu'un.

Les utilisateurs de Reddit sont en tout cas en pleine enquête, et ce ne sont pas les seuls: ceux de 4chan sont en train de suivre une autre piste –ils cherchent également les personnes portant le sac à dos dont les restes sont visibles dans la photo ci-dessus. Sur Twitter, c'est «l'homme sur le toit» qui a attiré l'attention des enquêteurs amateurs dès lundi. Un google doc nommé «Où est Charlie» résume toutes les pistes sur les bombes et les suspects. On nous signale par ailleurs que les internautes français aussi y vont de leurs hypothèses, notamment sur le forum de hardware.fr.

D'autres internautes appellent à la prudence devant le risque de gâcher la vie de personnes simplement là pour voir la course, et il suffit en effet de se rappeler de la tuerie Newtown pour être plus que prudent. Comme Will Oremus l'écrivait à l'époque, quelques minutes après que la police donne le nom du tireur –Ryan Lanza (alors qu'en vrai il s'agissait d'Adam Lanza)–, tout Internet s’est mis à disséquer les goûts, les photos et les tweets de jeunes hommes dont le nom et l’État correspondaient avec ceux du suspect.

Résultat, des dizaines de Ryan Lanza ont dû crier leur innocence pour qu'on arrête de les accuser et de leur envoyer des messages haineux. Will Oremus concluait:

«Mais la nature humaine est ainsi faite que nous voulons savoir immédiatement qui et quoi accuser, afin de donner un certain sens à l’information de départ et mieux pouvoir la ranger dans les jolies petites boîtes de notre cerveau. Et puisque Facebook et Twitter nous ont appris que nous sommes tous des reporters-citoyens, tous des journalistes d’investigation, tous de fins limiers, nous ne pouvons nous empêcher d’utiliser les outils à notre portée –Google, Facebook, Twitter, etc.– pour essayer d’en savoir plus.

Et c’est normal. Cependant, avant de diffuser des informations fausses, il serait appréciable que les personnes qui utilisent ces outils (et je parle ici aussi bien des amateurs que des médias) prennent le temps de réfléchir un instant à leurs limites. Il ne suffit pas de découvrir des choses pour être un bon enquêteur. Le bon enquêteur sait aussi que certaines choses qu’il découvrira se révèleront fausses. [...]

Il serait fantastique de pouvoir trouver immédiatement les réponses aux questions que l’on se pose, mais il faut prendre gare aux conclusions trop hâtives, qui peuvent également faire de lourds dégâts. La vérité est peut-être ailleurs parfois... mais elle n’est pas à un simple clic de souris.»

En France, on se souviendra que les enquêteurs amateurs sur Facebook pendant l'affaire Dupont de Ligonnès nous en ont davantage appris sur la fascination que ce drame exerce auprès du public qu'autre chose.

C.D.

Mise à jour à 15h avec le lien vers le forum d'hardware.fr

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte