Tech & internet / Monde

Explosions de Boston: la révélation des vidéos sur Vine

Temps de lecture : 2 min

Un utilisateur anonyme a posté des images de la première explosion de Boston sur l'application vidéo de Twitter, Vine. Ce sont ces images dont beaucoup se souviendront.

Capture d'écran de la vidéo Vine posté par Doug Lorman
Capture d'écran de la vidéo Vine posté par Doug Lorman

L’histoire du journalisme en ligne est marquée par des moments décisifs où le pouvoir de nouveaux outils technologiques devient évident. En 2009, une photo d’un avion écrasé dans l’Hudson postée sur Twitter nous laissait entrevoir toutes les possibilités du réseau de micro-blogging pour transmettre les informations en «temps réel». Après les explosions de Boston, qui ont fait au moins deux morts et plusieurs dizaines de blessés mardi, nous savons que les vidéos de six secondes postées sur Vine, l’application de vidéo de Twitter, peuvent elles aussi bouleverser la manière dont nous couvrons les évènements en direct.

Ces images, six secondes diffusées en boucles sur le réseau social, n’ont pas été capturées par une personne présente sur les lieux de l’explosion, mais par Un certain «Doug», utilisateur de Vine, qui a simplement filmé les nouvelles sur Channel 7, une chaîne affiliée à NBC, avec son téléphone. Puis, il a posté le résultat sur le site aux 140 signes.

Assis devant sa télévision, le jeune homme, qui s'appelle en réalité Doug Lorman, a rediffusé le moment précis de l’explosion aux internautes du monde entier. La vidéo a été retweetée (repostée sur le réseau social) des dizaines de milliers de fois, même si elle ne relayait pas de contenu original.

Beaucoup d’autres vidéos sont disponibles pour le public, notamment sur le Boston Globe, certaines très impressionnantes et sonores. Mais ce qui fait l’accessibilité de Vine, une application lancée il y a à peine trois mois, c’est la facilité avec laquelle n’importe qui peut immédiatement retransmettre un événement filmé, sans être CNN où une autre chaîne d’information en direct. Sans être sur place, Lorman a partagé son montage au moment où les premières personnes commençaient à twitter des photos de l’événement. Comme le souligne Quartz, ce sont ces images –et peut-être pas celles de NBC— dont beaucoup se souviendront. Ces six secondes jouées en boucle ne peuvent que s'incruster dans la mémoire.

Comme @jkrums, l’utilisateur qui avait twitté l’image de l’avion dans l’Hudson, «Doug» est devenu une sensation sur le Net malgré lui. «J’aurais préféré ne pas devenir une superstar de Vine de cette manière», a-t-il twitté.

Jusqu’ici, Vine était plutôt considéré comme une blague par les utilisateurs de Twitter. Dès les premiers téléchargements, les internautes ont utilisé l’application pour faire des montages absurdes. Mashable avait d'ailleurs écrit un article pour expliquer en quoi l'application était particulièrement propice à la comédie.

Aujourd’hui, fini de rire. C'est malheureusement en des circonstances tragiques qu'on s'aperçoit du réel potentiel de Vine.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

D.D.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio