C'est dans l'actuMonde

[EN DIRECT] Explosions à l'arrivée du marathon de Boston: le point sur l'enquête

Slate.fr, mis à jour le 16.04.2013 à 10 h 03

Le départ du marathon mardi. REUTERS.

Le départ du marathon mardi. REUTERS.

Mise à jour à 9h10

  • Un série d'explosions, au moins deux, a frappé l'arrivée du marathon de Boston ce lundi, vers 14h50 heure locale, 20h50 à Paris.
  • Le bilan officiel provisoire de la police est de trois morts et plus de 100 blessés
  • La cause d'une des explosions serait une «petite bombe artisanale» selon les autorités

10h Le point sur l'enquête

Le quotidien USA Today a publié un long article qui constitue un résumé utile de la situation:

  • en dehors des deux explosions, aucun autre engin explosif n’a été trouvé. Au moins sept colis suspects ont été détruits, mais il ne s’agissait pas de bombes. Ce qui avait initialement été décrit comme une troisième explosion, à la bibliothèque JFK, était en réalité un incendie.
  • les engins explosifs ont été décrits comme relativement petits et il n’a pas encore été déterminé avec certitude s'ils avaient été activés à distance ou grâce à un minuteur.
  • Les autorités ont lancé une alerte concerné un homme non identifié qui aurait été vu quittant en courant une zone dont l’accès était contrôlé, mais ne pouvaient pas dire pour l’instant s’il s’agissait d’autre chose que d’un témoin.
  • Les autorités ont démenti l’information selon laquelle une personne en rapport avec l’attentat était retenue dans un hôpital de la ville.
  • un mandat de perquisition a été délivré visant un appartement de Revere, dans la banlieue de Boston. Une perquisition serait même en cours, selon une télévision locale.

Mise à jour à 9h10 // Le réseau mobile n'a pas été coupé à Boston lundi

La rumeur avait couru lundi dans les heures suivant l'attentat que le réseau mobile avait été coupé dans la ville du Massachusetts afin d'éviter qu'il puisse être utilisé pour faire exploser d'autres bombes. Cette rumeur a été démentie par deux opérateurs, Verizon et Sprint, auprès de Slate.com et de l'Associated Press.

Mise à jour à 7h45 // La police cherchait «un engin dangereux» dans l'appartement de Revere

Un étudiant en droit qui habite l'immeuble perquisitionné par les enquêteurs a confirmé à ABC News que «des douzaines de véhicules de police» se sont rendus dans le complexe résidentiel de Revere. Marcus Worthington a ajouté qu'un agent de police lui a confié qu'ils cherchaient un «engin dangereux» mais qu'il n'y avait «plus de raison de s'inquiéter».

Mise à jour à 7h35 // La Une du Boston Globe du mardi 16 avril

(via Buzzfeed)

Mise à jour à 6h55 // «S'il te plaît, ne sois pas 'musulman'»

«S'il te plaît, ne sois pas 'musulman'»: Voilà ce qu'a twitté la libyenne Hend Amry en apprenant qu'une attaque, probablement terroriste, avait eu lieu à Boston.

Son message a été retweeté plus de 200 fois. Selon Jenan Moussa, une journaliste basée à Dubai, c'est  «ce que pensent tous les musulmans en ce moment», comme le rapporte Max Fisher du Washington Post

Fisher explique: 

«Les personnes dans le monde musulman se rendent très bien compte que le réflexe américain sera d'associer ces attaques avec les extrémistes musulmans. Une sorte de nouvelle routine s'est installée, par laquelle certains musulmans se sentent obligés d'affirmer qu'ils dénoncent la violence et considèrent qu'il s'agit d'une violation de l'Islam.»

Mise à jour à 6h40 // Des détails sur la perquisition effectuée chez une «personne digne d'intérêt»

Les pompiers de la banlieue de Revere ont posté sur Facebook plus de détails sur la perquisition effectuée chez une «personne digne d’intérêt». 

Mise à jour à 6h25 // La police a fouillé un appartement dans la banlieue de Boston

Selon RT.com et NewsBreaker, la police a fouillé un appartement dans une banlieue de Boston nommée Revere. La police de Boston a confirmé qu'un mandat de perquisition a été autorisé dans la soirée de lundi, mais a refusé de donner plus de détails.

 Mise à jour à 5h50 // Carlos Arredondo, le héros de Boston après les explosions

Carlos Arredondo, un militant pacifiste dont le fils a été tué en Irak en 2004, est devenu le héros du marathon de Boston après avoir aidé des dizaines de personnes sur les lieux des explosions. Facilement reconnaissable grâce à son chapeau de cowboy et ses longs cheveux bouclés, on l'aperçoit dans un grand nombre de photos et de vidéos des instants après l'attaque.

Une photo où l'on voit Arredondo acheminer un homme ayant perdu sa jambe à l'hôpital a particulièrement touché les américains. Sur Twitter les messages de remerciement se multiplient, accompagnés du hastag #carlosarredondo

 

Arredondo n'est pas la seule personne à avoir fait preuve de courage: selon NBC, plusieurs marathoniens ont continué de courir après avoir franchi la ligne d'arrivée pour donner du sang au Mass General Hospital. 

Mise à jour à 5h40 // La première explosion, capturée par une GoPro

Un coureur a capturé la première explosion avec une GoPro, le résultat est impressionnant: 

Mise à jour à 3h10 // Trois morts, pas de suspect selon la police de Boston

Lors d'une conférence de presse, le commissaire de police de Boston, Ed Davis, a affirmé que trois personnes sont décédées suite aux explosions. Davis a ajouté qu'il n'y a actuellement pas de suspect pour les attaques.  

L'agent spécial du FBI Richard DesLauriers a dit mener une «potentielle enquête terroriste» sur les explosions.

Depuis la station spatiale internationale, l'astronaute canadien Chris Hadfield a tweeté une photo de la «sombre nuit sur Boston».

Mise à jour à 2h55 // Les enquêteurs auraient trouvé cinq bombes de plus 

D'après le Wall Street Journal, des sources officielles affirment que les forces anti-terrorisme déployées à Boston auraient trouvé cinq autres bombes qui n'ont pas explosé. Plus de détails du WSJ:

«Ces explosifs -qui s'ajoutent aux deux bombes qui ont explosé près de la ligne d'arrivée du marathon- ont été découverts après une inspection frénétique des paquets suspicieux, la plupart abandonnés alors que les piétons, les coureurs et les autres essayaient de s'échapper des rues bondées de monde. Chaque détonateur a été désamorcé ou est en train d'être désamorcé, ont ajouté les sources officielles.»

Mise à jour à 2h27 // L'un des deux morts était un garçon de huit ans

Le Boston Globe affirme que plus de 100 personnes ont été blessées par les attaques à Boston, et que l'un des deux morts était un petit garçon de huit ans. Plusieurs mineurs sont à l'hôpital des enfants de la ville. 

En direct de la scène des explosions, le présentateur de CNN Anderson Cooper explique qu'au moins dix personnes ont été amputées à la suite de leurs blessures.  

Plus tôt dans la soirée, Barack Obama a promis de trouver «celui ou ceux qui ont fait ça» et de «les tenir pour responsables». Voici la vidéo de sa conférence de presse: 

Mise à jour à 23h50 // Un suspect arrêté?

NBC News dit que la police de Boston aurait sous sa surveillance dans un hôpital un «possible suspect». Fox News confirme qu’une «personne digne d’intérêt» serait gardée à vue.

Il n’y a que le New York Post pour identifier un «suspect» comme étant un «ressortissant saoudien» qui est en garde à vue dans un hôpital de Boston, avec de graves brûlures.

Un porte-parole de la police, plus prudent, à Talking Points Memo: «Actuellement, nous n’avons pas été informé d’arrestations ou de personnes appréhendées». Et parlant de l’information du Post: «Franchement, je sais pas d’où ils tiennent cette information, mais elle ne vient pas de nous».

Mise à jour à 23h35 // Au moins deux tués dans une explosion dans la zone d'arrivée du marathon

Au moins deux personnes sont mortes et plusieurs dizaines ont été blessées suite à deux explosions à la fin du marathon de Boston, dans l’après-midi du lundi 15 avril, vers 14h50 heure américaine (20h50 heure française).

L'organisation a publié un bref communiqué sur Facebook vers 21h45, affirmant que «deux bombes» étaient à l'origine des explosions.

UneLa police de Boston a confirmé des «explosions» et des «blessés», mais on ne connaît pas pour l’instant la cause de ces explosions. La Maison Blanche a été informée de l'attaque. L'administration Obama a été chargée d'assister autant que possible les autorités locales.

23h34 // Google crée un site de recherches de personnes

Plus de 27.000 participants, des milliers de spectateurs, et des communications téléphoniques coupées par crainte que les téléphones ne servent de télécommande pour déclencher d'autres bombes... Et donc impossible ou difficile pour les proches de joindre ceux qui pourraient ou auraient pu se trouver sur les lieux des explosions. Google a mis en place un site de recherche de personnes pour aider la mise en relation.

Une zone de guerre

La scène sur la ligne d’arrivée était cauchemardesque, selon les récits des journalistes présents: des spectateurs ensanglantés ont été transportés dans les tentes de soins prévues pour les marathoniens blessés, les compétiteurs et les organisateurs de la course pleuraient en fuyant le chaos. Selon les descriptions de Laura McLean, qui a entendu les explosions depuis la tente d'infirmerie, «c'est très très sanglant».

Reuters cite le témoignage d'un coureur canadien du marathon, Mike Mitchell, qui venait de finir la course quand il s'est retourné pour contempler la ligne d'arrivée et a vu une «énorme explosion»: «Tout le monde a paniqué». Il a vu de la fumée s'élever à 50 pieds (environ 15 m) de hauteur.

Un autre témoignage cité par le Boston Globe, le principal quotidien du Massachusetts, est celui de Steve Silva, un journaliste:

«Il a été immédiatement évident qu'il y avait des blessés, en plein au milieu de la foule. Il y avait du sang partout, des gens évacués sur des civières. J'ai vu des gens perdre une jambe. Les gens pleurent, les gens sont déboussolés.»

«J'étais sur la ligne, en train de prendre des gens en train d'arriver, et puis BOUM, ça a sauté, et quinze à vingt secondes plus tard il y a eu une seconde explosion.»

Un docteur du Massachussets General Hospital a déclaré à la chaîne locale WCVB que les blessés donnaient l'impression qu'ils étaient dans une «zone de guerre».

Quatre heures après le début de la course

Les deux explosions ont eu lieu à quelques secondes d’écart, quatre heures après le début de la course et environ deux heures après l'arrivée du premier coureur, l'Ethiopien Lelisa Desisa, ce qui veut dire qu’une grande partie des 27.000 compétiteurs n’avaient pas encore terminé leur parcours, selon le New York Times.

La police a bloqué toute la zone et les avions sont interdits de vol au dessus de la ville jusqu'à nouvel ordre.

L’hôtel Lenox a été évacué immédiatement après l’attaque, et l’hôtel Mandarin cacherait peut-être d’autres explosifs, rapporte The Verge. Deux autres engins explosifs auraient été trouvés et désamorcés par les enquêteurs.

New York renforce la sécurité

La NYPD a renforcé la surveillance dans la ville de New York en réponse à ces attentats, selon Reuters: les sites touristiques et les hôtels sont désormais sous haute surveillance. Le porte-parole du NYPD affirme que ce sont des précautions de routine. 

L'Associated Press citait un responsable du renseignement selon lequel deux engins explosifs ont été retrouvés et sont en train d'être désamorcés:

Nombreux et impressionnants témoignages sur les réseaux sociaux

Le New York Times a réalisé une carte pour visualiser où ont eu lieu les explosions de Boston. Voici une des photos d'une des explosions postée via Twitter.

Le Boston Globe a aussi publié cette photo montrant la réaction des policiers quelques instants après l'explosion:

La scène d'une des explosions:

Sur le réseau Vine circulait un des boucles de l'explosion:

Le marathon avait commémoré Newtown

Coïncidence macabre, le marathon avait honoré plus tôt dans la journée la mémoire des victimes de la fusillade de Newtown, en décembre dernier. 26 secondes de silence (une par victime du massacre au sein de l'école) avaient été respectées avant la course et une borne spéciale avait été installée pour marquer le 26e kilomètre.

Sur Twitter, de nombreux internautes évoquent aussi le souvenir du dernier attentat à la bombe ayant frappé un évènement sportif aux Etats-Unis: celui de Centennial Olympic Park à Atlanta, le 27 juillet 1996. Trois petites bombes posées par Eric Rudolph, un homme de 30 ans lié aux milieux extrémistes chrétiens, avaient fait deux morts et 111 blessés sur ce qui était un des lieux centraux des JO d'été.

En général, ce genre d’événement sportif est l’objet de «grands efforts de contre-terrorisme», a affirmé un expert en sécurité au Times. La route des coureurs est entièrement balisée juste avant le début de chaque marathon aux Etats-Unis, a-t-il ajouté. A Boston, plusieurs centaines de milliers de personnes sont attendues pour encourager les marathoniens chaque année.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte