Monde

Venezuela: Oliver Stone dénonce l’acharnement médiatique américain contre le parti chaviste

Temps de lecture : 2 min

En comparant la couverture médiatique du régime de Chavez aux Etats-Unis à celle du nazisme, le réalisateur américain signe le point Godwin de l'élection vénézuélienne.

L'affiche du film d'Oliver Stone «South of the Border».
L'affiche du film d'Oliver Stone «South of the Border».

Oliver Stone estime que la presse américaine, notamment le New York Times, a crucifié le régime vénézuélien avec un acharnement qui dépasserait même «la couverture médiatique d’Adolf Hitler en Allemagne». Et signe ainsi le point Godwin de l’élection présidentielle vénézuélienne.

«En tant que New-Yorkais qui lit les papiers du New York Times depuis longtemps, je reste très étonné de la négativité de tous ces articles», a-t-il expliqué en fin de semaine dernière, selon RT.com. Le réalisateur américain s’est exprimé sur ses affinités avec le gouvernement socialiste de feu Chavez lors d’une diffusion de son documentaire South of the Border, qui cherche à présenter une image favorable du président vénézuélien décédé au public américain.

«Je dirais que le Venezuela est la cible numéro 1 des médias américains et du Département d’Etat en ce moment», a-t-il ajouté —un oubli manifeste de l’existence de la Corée du Nord.

Stone avait affirmé son soutien au candidat choisi par Chavez pour sa propre succession, Nicolas Maduro, élu de justesse dimanche. «Je n’aimerais pas être à sa place, a affirmé le réalisateur de Platoon. [Les médias] ne peuvent pas l’attaquer personnellement, mais ça doit être effrayant d’hériter de ce pouvoir immense. Je suis sûr que Castro a ressenti la même chose il y a bien des années.» A première vue, un rapprochement du régime vénézuélien avec le cubain semble plus approprié que son étonnante référence à Hitler.

D.D.

Newsletters

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Deux autres fêtards sont dans le coma.

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

Les médias internationaux ont eu la bonne idée de tendre l'oreille. Et tout à coup, le mythe d'un doux universalisme français s'est effondré.

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Sur aucun point on ne peut dire que, après ses quatre ans de mandat, l'Amérique est réellement «great again».

Newsletters