Monde / C'est dans l'actu

Affaire Magnitski: les Etats-Unis visent 16 Russes, Moscou réplique

Temps de lecture : 2 min

La place rouge de Moscou dans le brouillard REUTERS/Alexander Demianchuk
La place rouge de Moscou dans le brouillard REUTERS/Alexander Demianchuk

Nouvel épisode de l'affaire Magnitski qui oppose les Etats-Unis à la Russie. Ce 13 avril 2013, Moscou a interdit 18 Américains (des anciens responsables de Guantanamo et des personnes impliquées dans la condamnation du trafiquant d'armes russe Viktor Bout) d'entrer sur le territoire russe.

Il s'agit de représailles contre la publication par Washington de la «liste Magnitski» le 12 avril. Seize Russes (procureurs, inspecteurs du fisc, enquêteurs) et deux Tchétchènes sont visés par le Trésor américain qui a annoncé avoir pris des sanctions économiques contre eux pour leur implication présumée dans la mort de Sergueï Magnitski, en application d'une loi américaine de décembre 2012. Les avoirs que détiendraient ces personnes sont gelés sur le sol américain, et tout ressortissant américain qui commercerait avec elles s'exposerait à des sanctions pénales. Les personnes visées sont aussi interdites d'entrée aux Etats-Unis, relève l'AFP.

Grégoire Fleurot expliquait en mars 2013 les tenants et les aboutissants de l'affaire Magnitski, à l'occasion d'une rencontre avec William Browder «le pire ennemi du Kremlin». L'homme est à l'origine de la loi de décembre 2012.

Sa campagne internationale de lobbying pour que justice soit rendue après le décès de Magnitski, un avocat qui avait dénoncé une escroquerie de 230 millions de dollars (175 millions d’euros) aux dépens du fonds d’investissement de Browder, a entraîné le vote d’une loi aux Etats-Unis interdisant de séjour les fonctionnaires russes soupçonnés d’être impliqués, dont certains très haut placés comme le vice-procureur général ou le vice-ministre de l’Intérieur, et gelant leurs actifs dans le pays.

Sergueï Magnitski était un jeune avocat travaillant pour le cabinet qui défend Hermitage, le fonds de Browder.

Magnitski découvre (...) qu’Hermitage a été victime d’une énorme escroquerie: des filiales du fonds d’investissement ont été réenregistrées au nom d’un criminel russe en utilisant des papiers saisis lors de la perquisition, et utilisées pour obtenir du fisc russe le remboursement d’un trop-reçu de 230 millions de dollars sur la TVA dans ce qui constitue le «plus gros remboursement», et aussi «le plus rapide» de l'histoire du fisc russe.

En octobre 2008, Magnitski témoigne sous serment devant le Comité d’enquête (l’équivalent du FBI russe) contre Kouznetsov. Quelques semaines plus tard, il est arrêté chez lui pour «fraude fiscale». En prison, sa santé se dégrade rapidement, et toutes ses demandes d’aide médicale sont refusées. Après presque un an de détention préventive au cours duquel il est transféré à de nombreuses reprises, Magnitski meurt en prison le 16 novembre 2009 sans avoir été jugé.

» A lire: William Browder, le pire ennemi du Kremlin

Cécile Chalancon Editrice à Slate.fr

Newsletters

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

Newsletters