Monde

Corée du Nord: Kim Jong-un affirme se préparer à frapper les Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

Photo parue dans le journal nord-coréen Rodong, via NK News.
Photo parue dans le journal nord-coréen Rodong, via NK News.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a donné l’ordre à son armée vendredi 29 mars de se tenir prête à des frappes de missiles contre des cibles américaines, y compris sur le sol des Etats-Unis et contre des bases dans le Pacifique et en Corée du Sud, ont rapporté les médias officiels nord-coréens.

Selon l’agence de presse KCNA, Kim Jong-un a déclaré au cours d’une réunion avec ses chefs militaires qu’il «jugeait que le temps était venu de régler ses comptes avec les impérialistes américains au vu de la situation actuelle».

Cette déclaration fait suite au survol jeudi 28 mars du territoire sud-coréen par deux bombardiers furtifs B-2 américains capables de transporter des armes nucléaires lors d’un exercice conjoint avec la Corée du Sud, un geste de mise en garde «sans précédent» selon Associated Press.

Selon Le Monde, Kim Jong-un a estimé que ces vols étaient bien plus qu’une simple démonstration de force et qu’ils représentaient «un ultimatum montrant qu’ils voulaient à tout prix déclencher une guerre nucléaire».

Le site NK News rapporte pour sa part que le journal nord-coréen Rodong a publié une photo montrant Kim Jong-un en pleine discussion avec des responsable militaires avec en fond une carte montrant clairement des plans pour attaquer le sol américain (ci-dessus).

Le régime de Kim Jong-un n’a cessé de proférer des menaces au cours des dernières semaines, et les dirigeants américains se disent inquiets par la rhétorique employée récemment. L’un d’entre eux, cité par CNN, a déclaré mercredi:

«La Corée du Nord n’est pas un tigre de papier, et il ne serait pas intelligent de traiter son attitude provocante comme de la pure fanfaronnade.»

Le porte-parole du Pentagone George Little a quant à lui appelé au calme, demandant à la Corée du Nord de «faire baisser la température» et déclarant sur CNN jeudi:

«Personne ne veut d’une guerre sur la péninsule coréenne, que ce soit très clair.»

James Hardy, un analyste travaillant pour le magazine spécialisé dans la défense Jane’s Defense Weekly, remet néanmoins en contexte les menaces nord-coréennes dans une tribune publiée sur CNN jeudi:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Malgré toute la grandiloquence, et à moins qu’il y ait eu un bouleversement miraculeux des forces stratégiques nord-coréennes, il y a très peu voire aucune chance pour que le pays puisse envoyer un missile à Guam, Hawaii ou tout autre endroit en dehors de la péninsule coréenne où des forces américaines peuvent être stationnées.»

Newsletters

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Économie, social, international, sanitaire... Qu'a accompli le président américain 365 jours après son investiture?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Jeux olympiques d'hiver en Chine, Coupe du monde de football au Qatar, Rallye Dakar en Arabie saoudite… La carte des méga-événements de l'année révèle l'émergence d’une nouvelle économie géopolitique du sport.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio