C'est dans l'actuMonde

Le Japon juste après le tsunami et deux ans plus tard - PHOTOS

Cécile Dehesdin, mis à jour le 11.03.2013 à 10 h 27

L'espace de retrait des bagages à l'aéroport de Sendail, dans la préfecture de Miyagi, le 17 mars 2011. REUTERS/Kyodo

L'espace de retrait des bagages à l'aéroport de Sendail, dans la préfecture de Miyagi, le 17 mars 2011. REUTERS/Kyodo

Comment le Japon s'est-il remis de la catastrophe naturelle qui a eu lieu il y a deux ans? On peut choisir de répondre à cette question via des images, comme l'a fait The Atlantic, qui propose de cliquer sur des photos d'endroits prises juste après le tsunami et le tremblement de terre, puis la semaine passée, pour comparer.

Quelques exemples:

Kesennuma, dans la préfecture de Miyagi, le 12 mars 2011 (en haut) et le 4 mars 2013. REUTERS/Kyodo. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi, le 19 mars 2011 et le 1er mars 2013. REUTERS/Kyodo. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi, le 22 mars 2011 et le 1er mars 2013. REUTERS/Kyodo. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

L'espace de retrait des bagages à l'aéroport de Sendail, dans la préfecture de Miyagi, le 17 mars 2011 et le 28 février 2013. REUTERS/Kyodo. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Le gymnase du collège de Daiichi à Rikuzentakata, dans la préfecture d'Iwate, le 12 mars 2011 (transformé en centre d'évacuation), et le 3 mars 2013. REUTERS/Kyodo. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

On peut aussi se pencher sur les gens plus que les lieux. C'est ce qu'a fait Reuters, qui rapporte que de nombreux Japonais traumatisés par la catastrophe ont recours à des exorcistes, persuadés qu'ils sont de voir des fantômes. Pour les psychiatres, les histoires de fantômes «sont peut-être une projection mentale de la terreur et des inquiétudes associées» aux endroits les plus durement touchés par le tsunami.

Et le nombre de personnes souffrant de syndrome de stress post-traumatique (PTSD) risque d'aller en grimpant:

«Ça va prendre du temps avant que beaucoup des personnes qui sont dans des logements temporaires, pour qui rien n'a changé depuis le tremblement de terre, souffrent de PTSD.»

C.D.

Mise à jour du 10/03/13: les photographies traitent du Japon avant et après le tsunami et le tremblement de terre de 2013, pas l'accident nucléaire de Fukushima.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte