C'est dans l'actu

« article précédent

article suivant »

Oscar Pistorius arrêté pour le meurtre de sa petite amie, pas pour un homicide rocambolesque le jour de la Saint-Valentin

Oscar Pistorius et sa petite amie Reeva Steenkamp à Johannesburg, le 7 février 2013. REUTERS/Thembani Makhubele

Quand ils ont appris ce matin que la petite amie de l'athlète olympique Oscar Pistorius était morte, tuée par des coups de feu qu'il avait tirés, de nombreux utilisateurs de Twitter se sont rués sur l'ironie d'une histoire cruelle le jour de la Saint-Valentin, tandis que les médias se sont jetés sur une explication: Reeva Steekamp voulait faire une surprise pour la Saint-Valentin à son amoureux, le sportif aurait cru que sa compagne était un voleur, d'où les coups de feu.

Cette explication a été relayée partout, et nombre d'entre nous l'ont sans doute accueillie sans autre réaction que «c'est vraiment complètement fou». Parce que l'histoire était trop rocambolesque pour être fausse? Parce que c'est tombé le jour de la Saint-Valentin? Parce qu'on pense qu'il y a de nombreux cambriolages en Afrique du Sud? Parce qu'il s'agit d'Oscar Pistorius, qu'on n'aime pas penser du mal de nos idoles, et qu'elle permettait de le rendre aussi innocent que possible?

Les médias français ont récupéré cette théorie des médias sud-africains: beaucoup de journaux reprennent les informations de l'Agence France Presse, et la première dépêche AFP expliquait que l'athlète paralympique avait «tué sa petite amie [...] la prenant pour un voleur, a rapporté le quotidien Beeld». Sur Twitter, un journaliste de l'agence de presse française expliquait qu'on disait «qu'elle l'avait surpris pour la Saint-Valentin et qu'il l'a prise pour un cambrioleur».

Quelques heures après l'annonce de la mort de Reeva Steekamp, la porte-parole de la police de Pretoria, Denise Beukes, a démenti que «les affirmations selon lesquelles le suspect avait été surpris par sa petite amie et avait pensé qu'elle était un voleur» venaient de la police, rapporte le Guardian.

Elle a annoncé qu'Oscar Pistorius était accusé de meurtre, et comparaîitrait devant la justice ce vendredi 15 février. La porte-parole a ajouté que les voisins du couple avaient entendu des cris et des hurlements venant de la maison dans la soirée du 13, et que la police avait été appelée à leur domicile à plusieurs reprises dans le passé, pour des problèmes de «nature domestique».

Oscar Pistorius est présumé innocent, la police et la justice doivent faire la lumière sur ce fait divers.

Mais en Afrique du Sud, 1.400 femmes sont tuées chaque année par leur partenaire, affirmait en 2010 l'ONG People Opposing Women Abuse, dans un spot vidéo que vous avez peut-être déjà vu. On y voit un homme jouer de la batterie à fond la caisse, et ses voisins venir l'engueuler dans les minutes qui suivent. Un autre soir, le même homme diffuse un enregistrement audio de deux acteurs jouant une scène de violence conjugale avec des cris et des bruits très forts, sans que personne ne vienne frapper à la porte.

Répétons-le: l'athlète est présumé innocent. Il n'empêche que les statistiques de violence conjugale, en Afrique du Sud, comme en France d'ailleurs, devraient conduire à plus de prudence dans les réactions à chaud.

C.D.

0 réaction

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte