Les homos ont fait gagner Obama

Marche pour l'égalité, à Washington DC  / Talk Radio News Service via FlickrCC Licence by

Marche pour l'égalité, à Washington DC / Talk Radio News Service via FlickrCC Licence by

On a beaucoup parlé des minorités latino et noire, et des femmes pour expliquer la victoire d'Obama le 6 novembre. Une autre minorité, les homosexuels, pourrait avoir jouer un rôle crucial. Le New York Times explique en effet que leur vote a fait pencher la balance en faveur du Démocrate:

«L'avantage à trois contre un de M. Obama dans les sondages de sortie des urnes parmi les 5% d'électeurs qui s'identifient eux-mêmes comme homosexuels, lesbiennes ou bisexuels étaient plus que suffisant pour lui donner l'avantage ultime, selon l'étude de Gary J. Gates du Williams Institute à l'école de droit de U.C.L.A, en partenariat avec Gallup.»

L'étude précise que «71% des Américains LGBT qui sont inscrits sur les listes électorales ont soutenu Obama contre 22% de soutien au gouverneur Mitt Romney».

Barack Obama s'était, contrairement à son adversaire, prononcé en faveur du mariage homosexuel. Premier président des Etats-Unis à prendre position en faveur du mariage pour les couples du même sexe, il avait fait cette annonce le 9 mai 2012.

«Le Président était sur le point de faire son annonce, avant la convention [démocrate] (et peut-être même très vite) ne serait-ce que pour éviter une bataille à la tribune et pour rallier les partisans homos», rappelait John Dickerson de Slate.com en juin 2012.

Lors de son précédent mandat, le président Obama avait multiplié les prises de décision en faveur de la minorité gay, comme le rappelait Nathaniel Frank en juin 2012 sur Slate:

«Le président Barack Obama a soutenu l’abolition du “Don’t ask, don’t tell”, a ajouté l’orientation et l’identité sexuelles à la liste des motifs de crimes de haine punis par la loi, a fait passer une loi fédérale pour interdire la discrimination anti-homosexuels à l’emploi et a rejeté le Defense of Marriage Act (loi de protection du mariage, DOMA).»

Pour gagner les élections à venir, certains Républicains considèrent que le parti devra inévitablement gagner des voix parmi la minorité gay. D'autant plus, précise le New York Times, que le poids démographique de cette communauté va augmenter, le nombre de personnes se déclarant homosexuelles augmentant de plus en plus parmi les jeunes générations.

«Seulement 1,9% des Américains de plus de 65 ans se disent gay, lesbienne ou bisexuel, selon un sondage Gallup, alors que 3,2% de ceux entre 30 ans et 49 ans et 6,4% de ceux entre 18 ans et 29 ans se disent gay, lesbien ou bisexuel.»