Monde / Politique

Les derniers mots du prisonnier exécuté vont à l'élection américaine «très serrée»

Temps de lecture : 2 min

Chambre d'exécution de Karla Faye Tucker, exécutée le 3 février 1998, à Huntsville
Chambre d'exécution de Karla Faye Tucker, exécutée le 3 février 1998, à Huntsville

Gary Thomas Allen, un détenu condamné à mort, a évoqué l'élection présidentielle mardi 6 novembre lors de ses dernières paroles avant son exécution dans l’Oklahoma, qui a eu lieu à 18h02 heure locale (1h02 heure française).

Le site d’information local McAlester rapporte les propos confus du détenu au moment de prononcer ses dernières paroles:

«Obama a gagné trois deux comtés sur trois. Ça va être une course très serrée.»

Gary Thomas Allen avait été jugé coupable d’avoir tué sa fiancée à Oklahoma City en 1986. Il avait demandé que son exécution soit annulée au motif que sa santé mentale le rendait inéligible pour la peine de mort. Cette requête avait été rejetée par la Cour suprême le jour même, rapporte Associated Press.

Son exécution avait déjà été reportée à trois reprises, dont la dernière fois en avril quand un juge avait accordé un délai pour juger son état de santé mentale, rapporte News9. Il y a vingt-six ans, Gary Allen avait tiré et tué la mère de ses deux enfants alors qu’elle allait les chercher à la crèche. Quand la police est arrivée, Allen a essayé de forcer un policier à lui tirer dessus, et a perdu un œil dans la bagarre.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Ses avocats affirmaient que la balle qu’il a reçue avait endommagé son cerveau, ce qui le rendait inéligible pour la peine de mort.

Newsletters

En Australie, un producteur se prend 9.000 dollars d'amende pour un fromage qui pue trop

En Australie, un producteur se prend 9.000 dollars d'amende pour un fromage qui pue trop

Le fabricant Yarra Valley Dairy a écopé d'une contravention à cause de l'inconfort causé par une «odeur déraisonnable» s'échappant de son installation.

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Les producteurs des pays en voie de développement sont les premiers touchés par les conséquences du réchauffement climatique. Ils se trouvent souvent en première ligne face à aux cyclones, aux ouragans, aux épisodes de sécheresse ou aux inondations qui réduisent le volume des récoltes et vont parfois jusqu’à les décimer. L’ONG Max Havelaar met tout en œuvre pour que les producteurs et productrices soient plus fort.e.s et résilient.e.s face aux aléas climatiques et leurs conséquences, mais aussi pour les accompagner dans la réduction de leur impact sur l'environnement.

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Parents et médecins ne cessent de tirer la sonnette d'alarme face à une situation qui s'aggrave.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio