MondeUSA 2012Elections-US-2012

Les femmes seules sont les nouveaux ouvriers blancs américains

Hanna Rosin, mis à jour le 07.11.2012 à 5 h 26

Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour les démocrates.

REUTERS/David McNew

REUTERS/David McNew

Ces 30 dernières années, les hommes blancs de la classe ouvrière ont déserté le Parti démocrate et, durant longtemps, cet exode massif a déconcerté les observateurs. Beaucoup l’ont, par exemple, attribué au charme irrésistible de Ronald Reagan. Le journaliste David Paul Kuhn a quant à lui mis en cause le côté «mauviette» des Démocrates et Thomas Frank a parlé de crétinisme généralisé dans What’s the Matter With Kansas?.

Au fil du temps, nous avons cessé de chercher des explications, pour nous contenter de considérer ces ouvriers blancs comme la tranche de population «la plus terrifiée, la plus irrationnelle et la plus paumée de tous les Etats-Unis», comme l’a récemment dit Mark Morford.

Cette élection nous offre enfin un remplaçant correct à l’ouvrier blanc: la femme seule (notamment celle qui est «à conquérir», plus susceptible d’avoir des enfants) occupe, au fond, exactement la même place économique et psychologique que l’homme blanc, marié, de la classe ouvrière dans les années 1970.

Elle est généralement elle-même de la classe ouvrière, constitue la principale source de revenus de sa famille et n’est pas du tout hostile à l’idée d’une aide gouvernementale. Lors d’enquêtes réalisées récemment en Virginie et en Ohio, des femmes ont été interrogées sur ce qu’elles pensaient de la remarque de Mitt Romney sur les «47% d’Américains assistés». Les femmes mariées l’ont qualifiée d’«honnête» et ont été d’accord pour dire que «trop de gens souhaitent une aide du gouvernement». Les femmes seules se sont mises du côté des 47%, affirmant qu’il s’agissait simplement de personnes souhaitant «s’en sortir et améliorer leur situation».

C’est ce qu’aurait pensé un syndicaliste du Kansas en 1975 et c’est ce qui l’aurait poussé à voter démocrate avant que tout ne change et que, comme Kuhn l’a dit, le Parti républicain se mette à «incarner la virilité même».

De quel côté les femmes seules vont-elles donc pencher? On penserait qu’elles auraient tendance à fuir le parti de la virilité… mais comme les ouvriers blancs nous l’ont déjà prouvé, les gens ne votent pas toujours conformément à ce qui semble être leur intérêt le plus évident. Les femmes ont peut-être tendance à pencher socialement vers les démocrates, mais elles ont pu aussi être offusquées par, mettons, la campagne d’Obama et son portrait d’une femme moyenne branchée et entièrement dépendante des divers programmes d’aide d’Obama, de la naissance à la mort, surtout si l’on considère qu’elles se débrouillent toutes seules.

Elles peuvent aussi se montrer étonnamment attachées à l’idée du mariage et des valeurs familiales traditionnelles en dépit de la réalité de leur propre foyer (l’effet Bristol Palin). Démocrates, soyez prévenus, mieux vaut ne pas trop la ramener.

Hanna Rosin

Traduit par Yann Champion

Hanna Rosin
Hanna Rosin (16 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte