Monde / Politique

Mitt Romney utilise l'industrie automobile pour attaquer Obama dans l'Ohio

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du clip de campagne de Mitt Romney.
Capture d'écran du clip de campagne de Mitt Romney.

Ce week-end, Mitt Romney a diffusé une nouvelle vidéo de campagne dans l'Etat de l'Ohio, où il arriverait, selon un sondage récent, à égalité avec son adversaire, même si la moyenne des enquêtes le donne environ deux points derrière. Le but était d'affirmer qu'il avait un plan pour sauver l'industrie automobile —particulièrement importante pour l'économie de l'Etat—, contrairement à Barack Obama:

«Obama a mis GM [General Motors] et Chrysler en faillite et a vendu Chrysler aux Italiens [le groupe Fiat, propriétaire du constructeur, NDLR], qui s'apprêtent à fabriquer les Jeeps en Chine.»

Or, les choses sont en réalité un peu plus compliquées que cela. Le porte-parole de Chrysler, Gualberto Ranieri, a expliqué le 25 octobre sur le blog de l'entreprise que Chrysler n'avait pas l'intention d'arrêter de fabriquer ses Jeeps en Amérique:

«Mettons les choses au clair: Jeep n'a pas l'intention de déplacer la production de ses Jeeps d'Amérique du Nord vers la Chine. [...] Les chaînes de montage de Jeep aux Etats-Unis continueront à fonctionner.»

Le porte-parole de Chrysler ne répondait pas à la vidéo du candidat républicain mais à une dépêche du 22 octobre de Bloomberg, dans laquelle des dirigeants du groupe affirmaient que la production de Jeeps pourrait se faire partiellement ou totalement en Chine car la demande augmente.

Autre affirmation sur laquelle revient le Huffington Post: Obama a mis GM et Chrysler en faillite.

«C'est vrai. Mais c'était aussi le plan que Romney avait prescrit à la fin 2008 et au début 2009. La différence, c'est qu'Obama a défendu un prêt relais du gouvernement pour aider les entreprises automobiles à traverser la faillite, alors que Mitt Romney voulait que le secteur privé paie l'addition.»

Enfin, dernier couac de la vidéo: Mitt Romney affirme que le Detroit News le soutient dans son combat pour sauver l'industrie automobile. Or, le journal a en effet affirmé son soutien au candidat républicain mais l'a aussi vivement critiqué pour sa position lors du sauvetage de General Motors en 2008:

«Dans sa tristement célèbre tribune dans le New York Times, "Laissons Detroit faire faillite", il avait tort de suggérer que les fabricants de voitures pourraient trouver des liquidités sur les marchés privés.»

Le journal parle d'«aveuglement [de Mitt Romney] sur le sauvetage financier des entreprises automobiles
Le porte-parole de la campagne d'Obama, Lis Smith, a réagi à cette vidéo dans un communiqué, cité par le Huffington Post:
«La nouvelle pub de Mitt Romney est un signe infaillible qui montre qu'il sait qu'il est en difficulté dans l'Ohio. Quand l'industrie automobile américaine et un million d'emplois étaient en jeu, Mitt Romney a abandonné. Maintenant il prétend que ça n'a jamais eu lieu et il essaie de faire peur aux habitants de l'Ohio.»
L'équipe de campagne de Mitt Romney, contactée par plusieurs médias, n'a pas souhaité s'exprimer sur cette vidéo et son contenu.

Newsletters

Qui est la pire femme nazie de l'histoire?

Qui est la pire femme nazie de l'histoire?

«L'ange blond d'Auschwitz», Irma Grese, était connue pour son sadisme envers les prisonniers d'Auschwitz. Mais d'autres femmes ont laissé libre court à leurs envies meurtrières sous le régime nazi.

Que vont devenir les fonds d'aide à l'avortement américains?

Que vont devenir les fonds d'aide à l'avortement américains?

Depuis l'abrogation de l'arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême, certains États américains appliquent à nouveau des lois antérieures à 1973. Ce qui rend difficile, voire impossible, le travail des associations et fonds aidant l'accès à l'IVG.

En Moldavie, mémoire et inquiétude vives des guerres passées et à venir

En Moldavie, mémoire et inquiétude vives des guerres passées et à venir

Dans les anciens territoires soviétiques, les guerres successives ont tissé une mémoire collective, mais celle-ci n'échappe pas aux logiques nationalistes, ravivées par l'invasion de l'Ukraine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio