Elections-US-2012USA 2012Monde

Obama 2008 vs Obama 2012: le jeu des sept différences face à l’urne

Daphnée Denis, mis à jour le 26.10.2012 à 9 h 45

Barack Obama vote en avance au Martin Luther King Community Center jeudi 25 octobre. REUTERS/Kevin Lamarque.

Barack Obama vote en avance au Martin Luther King Community Center jeudi 25 octobre. REUTERS/Kevin Lamarque.

Il y a un peu plus de quatre ans, Barack Obama devenait le premier président noir des États-Unis. Jeudi 25 octobre, il est devenu le premier candidat à la présidence américaine à voter en avance de l’«Election Day», qui a lieu chaque année le mardi suivant le premier lundi de Novembre. Pour marquer le coup, Slate.fr a décidé de jouer au jeu des sept différences avec le vote du chef d’Etat américain en 2008 et 2012. 

(vidéo via NowThisNews)  

1. 2012… comme 12 jours en avance. Bien entendu, la première différence entre le vote d'Obama en 2008 et celui de cette année est la date que le Président a choisi pour participer au scrutin. Son intention est de pousser les électeurs à suivre son exemple afin que son équipe puisse se concentrer sur les indécis des swing states décisifs, comme l'Ohio. Cette année, le camp démocrate cherche à prendre de l'avance sur les Républicains dans les Etats où le vote anticipé est permis.

2. Où sont Malia, Michelle et Sasha? 

(Crédit: REUTERS/Jason Reed)

En 2008, Obama avait voté en famille, avec sa femme et ses deux filles, bien que ces dernières soient trop jeunes pour choisir leur président. Barack et Michelle avaient même choisi des urnes voisines et s'étaient souri d'un air entendu avant de passer à l'acte. Cette année, en revanche, le chef de l'Etat a voté seul. Probablement parce que le reste des Obama vit désormais à Washington D.C. Il a bien tenté de discuter avec son voisin de gauche, mais l'alchimie n'y était pas.  

(Crédit: REUTERS/Jason Reed)

3.

L'heure du vote a également changé en 2012. Il y a quatre ans, Obama s'était présenté au bureau de vote très tôt, à 7h36 du matin, afin de pouvoir ensuite se rendre à Indianapolis pour saluer les électeurs. Avec 12 jours d'avance, il n'a pas eu besoin d'être aussi matinal en 2012. 

 

4. ... Mais cela n'a pas empêché le locataire de la Maison Blanche de sauter dans son avion privé, Air Force One, une fois son vote dans l'urne. Au lieu d'aller dans l'état d'Indiana, le candidat démocrate s'est envolé pour Cleveland, en Ohio. Obama ne s'était d'ailleurs pas réveillé à Chicago, ce matin. Son équipe a décidé de lui organiser une tournée de 48 heures dans huit états: l'Ohio, l'Illinois, la Virginie, la Floride, la Californie, le Nevada, le Colorado et l'Iowa.  

5. En 2008, Obama se souvenait encore de la manière dont le commun des mortels vote. Cette année, en revanche, la volontaire qui l'a accueilli au Martin Luther King Community Center a dû lui rappeler qu'il fallait montrer une pièce d'identité avant de s'emparer de son bulletin de vote...

Quand la jeune femme face à lui lui a demandé s'il avait tous ses papiers en ordre, Obama a répondu en riant: «J'espère, sinon ce serait assez gênant.» L'interrogatrice l'a ensuité dévisagé, comme dans un banal contrôle de sécurité... Ce qui a beaucoup amusé «Mister President».

(Crédit: REUTERS/Kevin Lamarque)

6. Pas d'applaudissements cette année. La première fois qu'il a voté pour lui-même, Obama avait été chaudement applaudi après avoir commis l'acte fatidique. 

Ce coup-ci, l'accueil a été beaucoup plus réservé. Une fois son bulletin de vote dans l'urne, le Président a donc vérifié qu'il avait bien rempli toutes les étapes. «Ai-je voté?», s'est-il enquis auprès du volontaire qui l'accompagnait (d'où on en déduit que les Américains n'ont pas droit au citoyen «A voté!» de nos bureaux de vote). Celui-ci a acquiescé. 

7. Enfin, en 2012, Bill Ayers n'a pas suivi Obama au bureau de vote. L'ancien activiste, fondateur du mouvement anti-guerre du Vietnam Weather Underground, s'était présenté aux urnes quelques minutes après le candidat démocrate en 2008, et dans le même bureau de vote, une école élémentaire de Chicago.

Bien qu'Obama et Ayers ne se connaissent que vaguement, les Républicains avaient attaqué le camp opposé il y a quatre ans en s'indignant de l'amitié du démocrate avec un «terroriste». La présence de ce dernier au même bureau de vote qu'Obama avait évidemment envenimé les choses.  

D.D.

Daphnée Denis
Daphnée Denis (114 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte