Elections-US-2012USA 2012Monde

Les lobbys ont-ils infiltré l'équipe de campagne de Mitt Romney?

Jamal El Hassani, mis à jour le 24.10.2012 à 14 h 43

USS Independence (LCS-2) arrives at homeport in San Diego on May 2, 2012 / Naval Surface Warrios via FlickrCC License by

USS Independence (LCS-2) arrives at homeport in San Diego on May 2, 2012 / Naval Surface Warrios via FlickrCC License by

Lors du troisième débat présidentiel le 22 octobre, Mitt Romney s’est insurgé contre la perte d’effectifs dans la Marine dont le nombre de navires est aujourd’hui aussi réduit qu’en 1917, offrant à Barack Obama une des plus belles vannes de cette campagne:

«Gouverneur, nous avons aussi moins de chevaux et de baïonnettes, parce que notre armée a changé (...) Nous avons ces choses que nous appelons des porte-avions, sur lesquels les avions atterrissent. Nous avons ces navires qui vont sous l’eau, des sous-marins nucléaires.»

Mais cette volonté de Mitt Romney de grossir les forces navales (plus que ce qu’Obama compte déjà faire) vient-elle uniquement d’un impérieux besoin de défense nationale?

Pas seulement, selon Wired. Le conseiller le plus important de Mitt Romney sur les questions maritimes s’appelle John Lehman, «un homme qui a supervisé une augmentation massive du nombre de navires pour le président Ronald Reagan» lorsqu’il était secrétaire à la Marine.

Il se trouve que John Lehman est également un riche investisseur dont les activités sont fortement liées à l’industrie de la construction navale, explique le magazine américain:

«Il a énormément profité de la lente croissance de la Navy ces dernières années; augmentant ainsi ses chances de gagner encore plus d’argent si Romney suit ses conseils sur l’agrandissement de la flotte.»

John Lehman a investi 85 millions de dollars dans la firme navale Hawaï Superferry dont les profits se sont élevés jusqu’à 185 millions de dollars, notamment grâce à un prêt de 136 millions de dollars de l’administration maritime ainsi que d’autres aides de plusieurs millions de dollars du gouvernement fédéral. Wired conclut donc que «Lehman a en fait plus que doublé son investissement dans Hawaï Superferry, avec un important soutien du contribuable».

Selon Associated Press, il est également président du fonds d’investissement J.F. Lehman & Co qui possède plusieurs compagnies dans l’industrie de la défense. L’une d’entre elles, Joiner LLC, a remporté pour 5,2 millions de dollars de contrats de défense avec l’Etat.

John Lehman n’est pas le seul proche de Mitt Romney et potentiel membre d’une future administration républicaine dont les activités relèvent du conflit d’intérêt. Nous vous parlions déjà le 21 octobre des liens très gênants de Romney avec un fabricant de machines à voter.

Associated Press rapporte également l’existence de liens litigieux avec des entreprises ou des lobbies pour au moins cinq membres de l’équipe de campagne de Mitt Romney:

«Des experts en politique étrangère ayant rejoint l’équipe de campagne de Mitt Romney ont un passé dans des entreprises et des lobbies qui pourrait façonner les conseils qu’ils donnent au candidat républicain à la présidence. Leurs intérêts comprennent du lobbying contre les réductions de l’aide (militaire, NDLR) au Pakistan ainsi que des liens avec des entreprises de l’industrie de la défense sous contrat avec l’Etat dans les domaines de la cyber sécurité, de la construction navale et du bouclier antimissile; des problématiques que Mitt Romney a toutes traitées dans ses récents discours.»

Jamal El Hassani
Jamal El Hassani (83 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte