Monde / Politique

Dernier débat américain: pourquoi Obama a mentionné la France

Temps de lecture : 2 min

Mitt Romney et barack Obama lors de ler débat télévisé à Boaca Raton, en Floride, le 23 octobre 2012, REUTERS/Kevin Lamarque
Mitt Romney et barack Obama lors de ler débat télévisé à Boaca Raton, en Floride, le 23 octobre 2012, REUTERS/Kevin Lamarque

Quel pays a été le plus évoqué cette nuit lors du troisième et dernier débat présidentiel américain entre Mitt Romney et Barack Obama, consacré à la politique étrangère?

Sans surprise, c’est l’Iran. En fait, pour prendre la mesure de l’attention parfois démesurée que portent les Etats-Unis au Moyen-Orient alors que les dirigeants parlent à longueur de discours du pivotement (ou plutôt du «rééquilibrage stratégique») vers la région Asie-Pacifique, il suffit de compter tous les pays qui ont été mentionnés durant le débat de lundi. Le classement, établi par nos confrères américains de Foreign policy, est le suivant:

  • Iran: 47
  • Chine: 35
  • Israël: 34
  • Afghanistan: 29
  • Syrie: 28
  • Pakistan: 25
  • Irak: 22
  • Libye: 12
  • Egypte: 11
  • Russie: 10
  • Mali: 4
  • Turquie: 3
  • Grande-Bretagne/Royaume-Uni: 2
  • Grèce: 2
  • Liban: 2
  • Arabie saoudite: 2
  • Cuba: 1
  • France: 1
  • Corée du Nord: 1
  • Qatar: 1
  • Somalie: 1
  • Yémen: 1

Plusieurs autres constats intéressants sont à tirer de cette liste, notamment la découverte par Mitt Romney du Mali, pays jusqu’ici totalement absent des débats politiques américains et dont la plupart des téléspectateurs n’avaient sans doute jamais entendu parler.

Romney n’avait jamais mentionné le Mali dans ses discours sur la politique étrangère jusque-là, et le pays ne figure même pas dans la section «Afrique» de son site de campagne. Mais le candidat républicain a cité le pays africain dès la quatrième minute du débat comme exemple des avancées d’al-Qaida et comme preuve que le monde est devenu un endroit moins sûr au cours de la présidence d’Obama.

Philippe Bernard écrit sur LeMonde.fr:

«Ce pays francophone du Sahel, très peu connu aux Etats-Unis, est apparu ainsi pour des dizaines de millions de téléspectateurs, comme l'un des nouveaux centres du terrorisme, alors que l'administration Obama semble peu empressée d'épauler le projet français de soutien à une intervention militaire africaine.»

Autre enseignement, la France a été mentionnée une fois. Les déclinologues y verront une nouvelle preuve du statut de petit pays insignifiant de l’Hexagone. Les optimistes retiendront que certains grands pays comme l'Allemagne, le Brésil ou l'Inde n'ont eu le droit à aucune mention. Et pourquoi a-t-on parlé de la France?

C’est Barack Obama qui a cité le pays à un moment où il critiquait le projet de Romney consistant à dépenser 2 milliards de dollars supplémentaires pour l'armée:

«Gardez à l’esprit que nos dépenses militaires ont augmenté chaque année de mon mandat. Nous dépensons plus sur notre armée que les 10 pays suivants combinés, la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni etc.»

Newsletters

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Deux autres fêtards sont dans le coma.

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

Les médias internationaux ont eu la bonne idée de tendre l'oreille. Et tout à coup, le mythe d'un doux universalisme français s'est effondré.

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Sur aucun point on ne peut dire que, après ses quatre ans de mandat, l'Amérique est réellement «great again».

Newsletters