Elections-US-2012USA 2012France

Débat: Obama et Romney sont (presque) d'accord sur tout en politique internationale

Daphnée Denis, mis à jour le 23.10.2012 à 9 h 02

Revivez minute par minute l'ultime affrontement entre les deux candidats à la Maison Blanche.

Obama et Romney se saluent lors du dernier débat (Crédit Kevin Lamarque/Reuters)

Obama et Romney se saluent lors du dernier débat (Crédit Kevin Lamarque/Reuters)

4h40, heure de Paris/ 22h40, heure de New York

C'est la fin de ce débat. Pas de victoire écrasante, ce soir. Reste que le Commander in Chief  maîtrisait bien son sujet, comme on l'avait prédit. Ainsi, 53% des spectateurs  estiment qu'Obama a "gagné" contre 27% convaincus par Romney, selon un sondage immédiat de CBS. Le débat de CNN estime, quant à lui, que l'écart entre candidats est plus resserré: 48% pour Obama, 40% pour Romney.

Les deux candidats s'en sont plutôt bien sortis. Romney n'a pas fait de grosse gaffe. Obama était plus agressif que son adversaire. Leurs politiques ne d'ailleurs sont pas franchement contrastées en ce qui concerne la place de l'Amérique dans le monde. Ils sont tous deux pour l'usage des drones, contre la guerre (en principe) mais n'arrêteront pas la guerre en Afghanistan pour autant. Ils aiment tous deux Israël. Ils considèrent que le bain de sang en Syrie est regrettable. Un affrontement plutôt ennuyeux, donc.

Ci-dessous, une vidéo de Romney affirmant "soutenir tout à fait l'usage de drones de l'administration Obama" (via NowThisNews).

Retrouvez mon compte-rendu de la soirée ainsi que les analyses de nos collègues de Slate.com en version française dans quelques minutes.  

4h30, heure de Paris / 22h30, heure de New York

L'heure de fermer le débat est arrivée: Obama promet aux Américains de conserver «l'armée la plus puissante du monde».

Romney répond qu'il veut la paix dans le monde... Et embraye sur l'économie nationale, comme si de rien n'était, affirmant entre autres qu'il saura s'entendre avec les Démocrates. Se rappelant, enfin, que le débat est censé être international, il promet que les Etats-Unis demeureront «l'espoir de la Terre». Tout simplement. 

4h25, heure de Paris/ 22h25, heure de New York

La Chine, sujet de prédilection de Romney, passe au centre du débat. Romney réitère son intention de déclarer Pékin «manipulateur de monnaies» lors de son premier jour en tant que Président américain. Voilà qui permet au modérateur, Schieffer, de se réveiller et de remarquer que cela ne semble pas une très bonne idée, économiquement parlant. 

Obama en profite pour attaquer Romney en rappelant qu'il était disposé à enterrer l'industrie automobile lors de la crise. Romney répond qu'il est «un enfant de Detroit» et qu'il ne voulait que du bien à l'industrie automobile. Vanne d'Obama:

«Gouverneur, vous photoshoppez l'histoire.»

4h15, heure de Paris/22h15, heure de New York

Depuis le début de la soirée, Romney essaie de diminuer l'impact de la mort d'Oussama Ben Laden. Abattre certaines cibles ne suffit pas, affirme-t-il. Mais il n'explique pas son programme. En ce qui concerne la guerre en Afghanistan, l'Iran et le Pakistan, le candidat républicain est peu convaincant. Il est d'accord avec Obama sur les drones (nécessaires), le Printemps Arabe (bienvenu), et Israël (l'ami des Etats-Unis). Ses phrases, «Le Pakistan est important», nos «amis autour du monde» semblent assez naïves. On dirait qu'il récite Wikipédia, se moque Farhad Manjoo de Slate.com.  

4h05, heure de Paris/ 22h05, heure de New York

Le modérateur, Bob Schieffer, est comparé à son prédécesseur masculin, Jim Lehrer. Très silencieux, il ne mène pas réellement le débat. Peu de relances, questions vagues. Après "Silent Jim", "Silent Bob" fait son apparition.... Comme l'illustre ce montage de NowThisNews

3h59, heure de Paris/ 21h59, heure de New York

Le débat revient, finalement, à la politique internationale et l'Iran. Ce week-end, le New York Times a révélé que l'administration Obama envisage des négociations avec Ahmadinejad. Romney en profite pour l'accuser de ne pas être assez sévère avec l'Iran, qui se rapproche de jour en jour de l'arme nucléaire. 

Mensonges,  répond le candidat démocrate: son administration a su sévir. Et, ajoute-t-il, «ce n'est pas moi qui ai fait des affaires avec le secteur pétrolier Iranien». Obama, plus agressif que Romney ce soir, semble également plus à l'aise. C'est à Romney de prouver qu'il est capable d'avoir de l'influence au niveau international. 

3h47, heure de Paris/21h47, heure de New York

Obama s'en prend au budget de défense de Romney, après une attaque de ce dernier sur la marine de guerre américaine, «qui n'a jamais été aussi diminuée depuis 1917». On est au XXIème siècle, riposte Obama, nos armes sont plus sophistiquées:

«Nous avons également moins de chevaux et de baïonettes. Nous avons ces choses appelées porte-avions et des avions qui se posent dessus. Nous avons ces bateaux qui vont sous l'eau, des sous-marins nucléaires. Nous ne sommes pas dans un jeu de bataille navale à compter des navires.»

Le chef d'Etat réaffirme ensuite son soutien pour Israël.  

3h45, heure de Paris/ 21h45 heure de New York

Décidément, la politique internationale est passée à la trappe. Bob Schieffer, presque aussi timide que Jim Lehrer lors du premier débat, laisse les deux candidats à la Maison Blanche s'affronter sur l'économie. Le modérateur place quand même une question sur le budget de défense de Romney, qui veut une arméé américaine plus importante. Romney l'invite à visiter son site internet, qui, assure-t-il, donne un exposé brilliant de la question.  

3h35, heure de Paris/21h35 heure de New York

Obama et Romney sont décidément passés à la politique nationale. La candidat républicain vient donc de parler des 23 millions d'américains au chômage... comme d'une question de politique internationale. Le Président sortant, quant à lui, n'hésite pas à parler du système d'éducation américain. Nous vous le disions ce matin: ce débat est censé porter sur la politique internationale... mais dans la pratique, c'est un débat sur l'économie.

3h30, heure de Paris/21h30, heure de New York

Obama et Romney sont aussi d'accord sur l'Egypte, et le Printemps Arabe. Ils se réjouissent de l'indépendance du peuple égyptien ... et Obama marque le premier point en ramenant le sujet à la politique nationale:

«Les jeunes Egyptiens veulent la même chose que les jeunes Américains: un travail.»

3h20, heure de Paris/ 21h20, heure de New York

Obama et Romney parlent de la Syrie... Et sont plutôt d'accord. Non, les Etats-Unis ne doivent pas y faire la guerre. Non, ils ne doivent pas non plus armer les rebelles. 

Obama ne manque pas de le faire remarquer à son rival:

«Vous venez de dire exactement la même chose que moi... Car mon administration a agi exactement comme il fallait.»

3h15, heure de Paris/ 21h15, heure de New York

Obama se réjouit que Romney considère Al Quaeda soit la plus grande menace des Etats-Unis, car il a affirmé, il y a quelques mois que la Russie était «l'ennemi géopolitique numéro 1».

Romney parle de manière très posée, moins agressive que lors du dernier débat, aujourd'hui. Il doit apparaître comme un bon leader international: Il s'agit donc de réfuter Obama posément, et de prouver qu'il comprend la dynamique internationale actuelle. «M'attaquer n'est pas un programme politique», rétorque-t-il à Obama. Le Républicain rappelle avoir affirmé que l'Iran était la plus grande menace sécuritaire pour les Etats-Unis, lors du même entretien. Il avait effectivement répondu cela à une relance du journaliste qui l'interviewait.  

3h05, heure de Paris/21h05, heure de New York

La première question de Bob Schieffer porte sur la Libye et le Moyen Orient, sans surprise. Romney félicite Obama d'avoir tué Oussama Ben Laden, mais affirme qu'on ne «peut pas s'en sortir en tuant tout le monde». Il dit que l'Iran et Al Quaeda sont la plus grande menace contre les Etats-Unis en ce moment. 

A noter, Romney parle du Mali en répondant à une question sur la Libye... regrettant qu'Al Quaeda se soit installé dans le Nord du pays. 

Tweet faisant remarquer que le Mali n'est pas dans le Moyen Orient

2h50, heure de Paris/ 20h50, heure de New York

Quelques rappels à quelques minutes du dernier affrontement Obama/Romney. 

  • Les Américains ne s'intéressent pas autant à la politique étrangère qu'au bilan économique du Président sortant.  Ce soir, il faudra donc faire attention aux moments où les candidats chercheront à transformer une question sur la place de l'Amérique dans le monde en une réponse sur l'économie. C'est ce que souligne notre collègue de Slate.com, Dave Weigel.  
  • Une potentielle faiblesse d'Obama: l'accusation qui lui est faite de «s'excuser» pour sa présidence, constamment. La couverture du blog très populaire, et assez pro-Republicain, Drudge Report, joue de cette accusation aujourd'hui: 

  • Zakaria Fareed, de CNN, explique que ce soir, comme lors des deux premiers débats, le débat se joue davantage sur la personnalité des candidats, et moins sur leurs propos. Romney va donc chercher à s'imposer comme un candidat fiable, qui mènera l'Amérique d'une main de fer. Il va certainement accuser Obama d'avoir été faible sur le plan international. 
  • Romney n'a aucune expérience en politique internationale, mais Obama n'a qu'une légère avance par rapport à son adversaire sur la question.  

Le dernier débat de la campagne présidentielle a lieu ce lundi 22 octobre à 21 heures, heure de la côte Est américaine (3 heures du matin heure française). Barack Obama et Mitt Romney seront face à face à l'université de Lynn à Boca Raton (Floride), affontement que vous fera vivre en direct Daphnée Denis. En attendant, vous pouvez rafraîchir vos connaissances en...

» apprenant les quatre choses à savoir sur le débat, notamment la place de la Libye ou de l'Iran dans l'affrontement ou encore où en sont les candidats dans les sondages.

» revivant les trois débats précédents: le premier, où Barack Obama a été largement battu par Mitt Romney; celui des vice-présidents, où Joe Biden a rééquilibré le rapport de forces, en faisant son show pour décrédibiliser Paul Ryan; et le deuxième, dont Obama a été sacré vainqueur et qui a été marqué par les maladresses de Romney

» visionnant notre montage des meilleurs moments des précédents débats, ainsi que les éclairages de journalistes américains sur des points particuliers de la campagne comme la façon dont le public envisage les candidats, la place des femmes, les chances d'Obama ou encore les difficultés de Romney avec l'électorat latino.

» faisant le point sur vos connaissances sur la présidentielle dans la culture américaine ou sur l'histoire du scrutin avec nos quiz, sur le vocabulaire politique américain avec notre glossaire ou sur quelques grands enjeux de campagne comme la bataille des lois anti-vote, la pratique du early voting, les swing states et le nombre réel d'électeurs sur lequel se joue le scrutin ou encore le coût de la campagne, en raison de modalités de financement contestées.

» vous replongeant dans les à-côtés de la campagne: ses innombrables vidéos (comment Homer Simpson a voté Mitt Romney, un clip d'Obama en meurtrier, le conte de Samuel L. Jackson, la campagne en mode Mortal Kombat, Nancy Pelosi en zombie, le clip de Deee-Lite et la «Romney Girl»), ses épisodes étranges (le «musulman noir» de Madonna, le débat des candidats sur un touchdown, l'hologramme de Ronald Reagan, le hoax «ROMNEY=MONEY», les objets de campagne les plus kitsch, les liens de Mitt Romney avec un fabricant de machines à voter), l'étonnante absence de Barack Obama des séries américaines ou les superstitions de campagne en dessins.

Daphnée Denis
Daphnée Denis (114 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte